Proust

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5090 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Un amour de Swann, un amour comique?

Résumé

Si Un amour de Swann de Marcel Proust constitue en quelque sorte une référence de la description des états d’âme de l’amoureux et du jaloux, tout n’est pas seule passion dans ce fragment d’À la recherche du temps perdu. Différents aspects du texte le font glisser du côté du comique et remettent ainsi en question la lecture au premier degré del’amour. Cet article propose un regard sur ces aspects comiques qui concernent la vision que le grand-père du narrateur a de Swann, les personnages du salon Verdurin, le point de vue restreint de Swann qui l’entraîne dans des actions dignes de la comédie, sans oublier la fin du récit en double renversement ironique.

Abstract

If Swann’s Way by Marcel Proust constitutes a type of reference regardingthe description of feelings of the lover and the jealous lover, not all is passion in this fragment In Search of Lost Time. Various aspects of the text slip into a comic register, thus questioning a first-degree reading of love. This article proposes a look at these comedic aspects, which concern the vision that the grandfather of the narrator has of Swann; the characters of the Verdurin salon;Swann’s restricted point of view, which steers him into actions worthy of comedy; without forgetting the end of the story with its double ironic reversal.

Table des matières

La mise en place du récit : la vision du grand-père
Le contexte spatial et les personnages : le salon Verdurin
L’action, la narration et les excès de Swann
Une cohabitation des genres
[pic]Déjà dans le théâtre antiqueet jusque dans les comédies sentimentales hollywoodiennes d’aujourd’hui, les contraintes sociales et financières ou encore la jalousie briment l’amour. Sans être comiques en soi (on prend ici comique dans son sens le plus large, regroupant toutes les formes du risible), ces contraintes peuvent donner lieu à des situations comiques, mille fois reprises au théâtre et au cinéma, où différentsprocédés concourent à leur efficacité. Par ailleurs, l’expression « La comédie de l’amour »1 ne renvoie pas seulement à ces situations, mais introduit un propos relatif à la teneur de l’amour. Autrement dit, elle semble poser la question : « L’amour peut-il (toujours) être pris au sérieux? » Dans cette perspective, le traitement ludique de ce propos aura évidemment un rôle à jouer dans la production del’effet comique global. Il est intéressant d’observer que ces deux portes d’entrée du comique correspondent à deux niveaux du discours, expression et contenu (voir  Fontanille, 1999, p. 4), et que par l’un de ces niveaux le comique se trouve thématisé; il n’est donc pas seulement un effet redevable à différents procédés2.
1
2Ce double champ de la comédie lié à l’amour est exploité dans une œuvredont, traditionnellement, on interroge peu ou pas le caractère comique : Un amour de Swann de Marcel Proust. Il convient de noter qu’il s’agit d’une partie d’À la recherche du temps perdu3 qu’il est possible d’isoler relativement aisément, ce qui n’est peut-être pas étranger au fait que ce texte puisse davantage faire émerger le comique que les autres parties de la Recherche, en raison notamment dela distance entre le temps du Narrateur — également acteur, sauf dans cette partie — et le temps des événements relatés dans Un amour de Swann, la distance ayant souvent un rôle à jouer dans l’introduction du comique dans le discours, et ce, en éloignant l’émotion, ennemie du rire : « Pour qu’il y ait rire, l’insensibilité doit être de la partie », rappelle Denise Jardon (p. 11). Dès lors qu’un« je » se raconte et exprime sa souffrance, la situation narratologique se présente autrement, comme c’est le cas dans la majeure partie de la Recherche, et produit ainsi un effet qui peut rendre le lecteur plus sensible à cette souffrance, bien que le traitement discursif demeure déterminant.
3L’amour de Charles Swann pour Odette de Crécy pourrait être un double — donc, par là, déjà...
tracking img