Proustt et la photographie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2739 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
|Proust et la photographie |  |
|  |J’ai imaginé une fiction : À la recherche du temps perdu raconte une vocation de photographe autant qu’une vocation |
||d’écrivain. C’est la découverte progressive des pouvoirs de la photographie comme œuvre de mémoire. |
| |Regarder, enregistrer, inscrire, reproduire, imiter, révéler, imaginer sont pour moi les sept clés de l’imaginaire |
| |photographique. Pour les besoins du livre, d’une constructioncirculaire, Proust inverse fréquemment les termes, |
| |anticipe. Son récit suppose dès l’origine la possession de la vérité finale. |
| |Une collection de souvenirs, comme un album de photographies, ne peut faire un roman. Il fallait pour construire |
||la Recherche un point d’appui plus ferme : la révélation de la mémoire involontaire. Dès 1909 Proust s’est enfermé |
| |dans son œuvre, dans l’architecture encore presque vide de son roman, qu’il ne va plus cesser jusqu’à sa mort de |
| |remplir.|
| |Je vois dans cette entreprise un modèle pour les photographes, parce que parfaitement romanesque. Je veux bien |
| |croire qu’il se fera encore des œuvres comme celles de RobertDoisneau, « par inadvertance ». Mais je dois constater|
| |que la pratique de la photographie exige aujourd’hui de la part du photographe une singulière conscience de ses fins|
| |et de ses moyens. |
||Cette nécessaire recherche d’un système et d’une méthode n’enlèvera aucune liberté au spectateur. C’est encore ce |
| |que nous enseigne Proust. Si la rigoureuse construction de l’ouvrage exige du lecteur une perception complète, son |
| |inachèvement,sa prolifération incessante en autorisent une lecture fragmentaire et un libre usage. « L’écrivain ne |
| |dit que par une habitude prise dans le langage insincère des préfaces et des dédicaces : “mon lecteur”. En réalité, |
| |chaque lecteur est quand il lit le propre lecteur de soi-même ».|
| |  |
| |[...] |
||Il m’a toujours semblé très significatif que le dernier fragment de Jean Santeuil, qui préfigure le célèbre épisode |
| |de la Recherche où par un effet caractérisé de la mémoire involontaire, l’audition d’une sonate de Vinteuil fait |
| |resurgir dans...
tracking img