Prout

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Russie veut redevenir une grande puissance

Vladimir Poutine ne le cache plus et en a fait un argument de campagne électorale: il veut que la Russie redevienne une grande puissance, à la fois politique, économique et militaire, à l'image de l'Union soviétique d'antan. A l'occasion de la visite à Moscou du secrétaire général de l'OTAN, George Robertson, à la mi-février, le numéro deux del'état-major russe, le général Valéri Manilov, a fait savoir que les futures relations OTAN-Russie peuvent être rétablies "à certaines conditions". Celles-ci ont été visiblement suggérées par le nouveau maître du Kremlin: "la Russie doit être traitée sur un pied d'égalité (avec l'OTAN) dans l'évaluation des situations de crise", mais aussi dans "la mise au point des décisions" pour y faire face et"leur mise en £uvre". Et Manilov d'ajouter, pour éviter tout malentendu: "ces principes ont été inscrits dans l'Acte fondateur Russie-OTAN (signé en 1977) et grossièrement violés lors de l'agression de l'OTAN contre la Yougoslavie".

Ainsi, Moscou n'a toujours pas 'digéré' la guerre du Kosovo, et notamment le comportement des USA. Poutine reproche à Washington d'avoir ignoré le rôle des NationsUnies et donc rendu à l'avance vain l'éventuel recours de la Russie à son droit de veto. Mais la confrontation américano-russe sur ce terrain avait commencé bien avant cette guerre.

Dès le début de l'ère Eltsine, il est apparu au gouvernement de Bush, puis de Clinton, que la Russie était entrée dans une longue période de faiblesse plus ou moins chronique: la démocratisation et la libéralisationintroduites par Eltsine ont laissé libre cours à une vague de corruption d'autant plus incontrôlable que la classe dirigeante donnait de nombreux signes de faiblesse, avant d'être elle-même sous l'emprise des principaux clans mafieux. De plus les multiples maladies de Eltsine rendaient inopérants tous les oukases du Kremlin. Celui-ci a vite compris que la politique officielle "d'amitié et decoopération" prônée par Washington visait en réalité à affaiblir encore plus la Russie post-soviétique.

Aussi, la guerre de l'OTAN n'a pu être conduite avec arrogance - selon Moscou - par les pays occidentaux qu'en raison de l'état comateux de l'économie russe, de plus en plus soumise au FMI. Boris Eltsine en était sans doute conscient, mais il a aussi compris que sa marge de man£uvre était trèsréduite. Il a néanmoins su exploiter les relations traditionnellement proches entre Moscou et Belgrade pour revenir sur le devant de la scène l'espace d'une négociation qui a permis d'arrêter une guerre qui n'a ni chassé du pouvoir Slobodan Milosevic, ni rétabli la paix dans les Balkans.

L'après-Kosovo a permis à Eltsine de tenter de trouver un successeur capable de faire face à la "nouvelleAmérique", celle qui est désormais convaincue de pouvoir jouer seule les premiers rôles. Finalement il a porté son choix sur le candidat du passé, c'est-à-dire sur quelqu'un qui avait le consentement à la fois des généraux, des services secrets, des principaux gouverneurs mais aussi de tous les nostalgiques de l'Union soviétique, à savoir les milieux proches du post-communiste Ziouganov comme dunational-populiste Jirinovski. Vladimir Poutine incarne parfaitement ce retour en arrière. Il n'est alors guère étonnant que le successeur désigné de Eltsine laisse entendre à plusieurs reprises qu'il est prêt à revenir à la "guerre froide", si l'Occident continue de le critiquer et surtout de se mêler de ce qui ne le regarde pas: "sa" guerre en Tchétchénie. Nationalisme et panslavisme obligent. Campagneélectorale aussi.

Depuis toujours parfait serviteur de l'état soviétique, puis russe, notamment au c£ur des services de renseignement, Poutine n'a eu non plus aucun mal à pousser vers la touche le seul rival sérieux: l'ancien Premier ministre et longtemps ministre des affaires étrangères Evgeny Primakov. Il a suffit de le laisser devenir le "candidat naturel de l'Occident". En quelques...
tracking img