Psychologie cognitive

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 58 (14255 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
15.09.09 Psychologie Cognitive

CHAPITRE 1 : L’étude de la mémoire
1-Distinction entre mémoire à long terme et mémoire à court terme
1-1. Mise en évidence de la distinction entre mémoire à court terme et mémoire à long terme Mémoire court terme : de 20 à 30 s. Mémoire long terme : > à 20/30 s. 1-1-1. Les effets sériels  Technique qui permet de distinguer 2 stockages : long terme et courtterme. Elle consiste à faire mémoriser une liste de mots que les participants doivent redonner dans n’importe quel ordre. Puis, on regarde le pourcentage de mots correctement rappelés en fonction de la position des mots dans la liste.  Les premiers et derniers mots sont mieux rappelés que ceux de milieu de liste : c’est l’effet sériel.  Meilleur rappel des mots de début de liste : effet dePRIMAUTE.  Meilleur rappel des mots de fin e liste : effet de RECENCE. F. Craik a réalisé (1970) une expérience auprès de 20 étudiants en psychologie : - apprendre 10 listes de 15 mots chacunes (mots communs à 2syllabes ; 1 mot toutes les 2 secondes). - à la fin de chaque liste, on donne 1 minute pour le rappel  RI (=Rappel Immédiat). - à la fin des 10 listes, on donne un rappel final  RF (=RappelFinal ; = Rappel Différé). Courbe des effets sériels

 Courbe rappel immédiat en U.

1

L’effet de primauté reflète l’aspect de stockage à long terme, alors que l’effet de récence, l’aspect de stockage à court terme. Hypothèse : on auto-répète les premiers mots. Les autres, si on laisse trop de temps, sont oubliés. Les premiers mots sont passés en mémoire à long terme, les autres sont à courtterme.  C’est l’expérience PRINCEPS. 1-1-2. Technique Brown-Peterson  technique qui caractérise l’oubli rapide lié à la mémoire à court terme. Expérience : les participants doivent mémoriser une suite de 3 consommes puis une tâche de comptage à rebours : « tâche Peterson ». Exemple : HBX…357,354,351… Ce processus empêche l’auto-répétition.

1-1-3. La capacité limitée : le nombre magique 71-1-3-1. Première étude expérimentale de la mémoire : Ebbinghaus (1885) Ebbinghaus va créer un ensemble de syllabes sans signification (=CVC) : environ 2300 syllabes dans signification. Exemple : TEV Il va mesurer le temps d’apprentissage en secondes. Parmi les 2300 CVC, il en choisit 13 et mesure le temps pour les apprendre. Exemple : 1115 s. Puis, il va mesurer un autre jour, le temps deréapprentissage. Exemple : 892 s. S’il met moins de temps, c’est qu’il a fait une économie.

2

82 s. = temps moyen pour répéter 13 syllabes. [(1115-85)-(892-85)]/(1115-85) * 100 (1115-892)/(1115-85) * 100 = 21% d’économie. Puis, il va créer la courbe de l’oubli :

1-1-3-2. Le nombre magique 7 : Miller (1957) 7, nombre magique car : 7 jours de la semaine, 7 notes de musique, 7 merveilles du monde . .. Items = matériel qu’on doit mémoriser. Exemple : chiffre, lettre, mot… Empan mnésique : série de chiffres, de plus en plus longue, à répéter.  Capacité d’environ 7 (+ou-2) items. Info. : un étudiant américain moyen, avec de l’entraînement a mémorisé 82 chiffres. 1-2. Les premiers modèles de la mémoire 1-2-1. Le modèle de Broadbent (1958)  Modèle de l’attention. Exemple : dans un cocktail où ily a plein de bruit mais on arrive à suivre une conversation avec la personne à côté de nous. On est capable cognitivement de sélectionner une information : on ne peut traiter qu’une information à la fois. Est-ce qu’il existe un filtre qui sélectionne l’information ?

3

Schéma simplifié du modèle de Broadbent

22.09.09 Psychologie Cognitive L’information peut être maintenue provisoirementpar un processus de recyclage et être transférée et maintenue dans un système de stockage à long terme plus permanent. 1-2-2. Le modèle de Murdock (1967)  Modèle, à trois étages, généralisé de la mémoire.

1-2-3. Interprétation des effets sériels par un modèle en deux mémoires

Les premiers mots sont mis en mémoire à long terme.

4

2-Les mémoires sensorielles
2-1. La mémoire...
tracking img