Psychologie de la médiation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3113 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Psychologie de la médiation :
Objectifs du cours :
1. Préciser les concepts entourant la médiation (3 principaux dans ce cours)
2. Permettre de situer la médiation dans la société, et de comprendre l’évolution de sa place dans la société.
3. Apprendre des méthodologies et techniques de médiation, comment la mener.
4. Apprendre à les mettre en œuvre (mise en situation).5. Découvrir les témoignages de professionnels de la médiation.
6. Développer un regard critique face au domaine de la médiation et sur nous-mêmes.
Réflexion par rapport à la croissance de la médiation :
Appauvrissement de la population qui provoque des conflits entre consommateurs et producteurs, si on reprend l’exemple de la surconsommation. Remarque intéressante de julien concernant //avec Boltanski et le rôle du médiateur de rendre possible le croisement entre les différentes logiques qu’on utilise (économique, domestique,…) = multiplication des sources de conflits qui ne passent plus par les grandes méthodes de conflits, car en fin de compte, il n’y a plus beaucoup de grandes manifestations dans les rues,…. Engorgement de la justice, exclusion de certaines parties de lapopulation, … on passe par des processus de méditation beaucoup plus individuels.
Nous allons devoir préciser les distinctions entre arbitrage, conciliation et médiation, dans lesquels on retrouve :
1ère position : L’arbitrage : La présence d’un tiers (l’arbitre) dont le pouvoir est reconnu comme légitime (selon qu’on applique ou pas sa décision) par les deux parties en présence et qui a lapossibilité d’imposer une décision ou une solution dans le conflit qui oppose les deux partis. Autrement dit, l’arbitre trouve la solution et l’impose. Ex : un arbitre de foot, un maître d’école, … attention que la légitimité de sa décision sera bien relative au public auquel il s’adresse.
2ème position : la conciliation : celle de la mère : deux enfants se disputent pour des jeux vidéo. Elle décide doncde départager les garçons en leur imposant 30 min de jeu à l’un et puis à l’autre. Ici, la position s’oppose à celle du médiateur :
3ème position : Le médiateur n’a pas à imposer une solution, son rôle est d’encourager les parties à élaborer une solution et , le cas échéant, il enregistre et formalise cette décision.

Ex pour les GRH : dans le service A on retrouve Mr X. dans le service B, uneplace se libère et intéresse Mr X. mais la réputation de Mr X est très mauvaise car il est très difficile et le directeur du service B le sait déjà et n’en veut pas.

n.b : on parle toujours de médiateur en tant que personne, mais on peut également avoir un objet tiers. Ex : si le médiateur invente une métaphore qui est comprise par les deux parties, d’où la métaphore devient l’objet de lamédiation.
Supports du cours : à lire pour l’examen.
Alain Tache «  principes d’une sociologie d’intervention complexe : la médiation » (2005) ed. l’harmattant, collection pratique de la systèmique.
Arnaud Stimec, « la médiation en entreprise » 2004, Dunod, Paris. (1er à lire).
Jean-François six et Véorinque Mussaud, « médiation » (2002), ed. Seuil.
Évaluation: examen écrit sur la théorie avecune analyse de cas.
Exercice de médiation :
En quoi selon vous la démarche du chef d’orchestre philarmonique de Berlin (pour les enfants défavorisés) est une démarche de médiation ? Et entre qui et qui ?
* Médiation parce que rétablit les enfants défavorisés avec un cadre d’exigence et de discipline, via le projet du spectacle grâce à la danse, moyen d’expression.
* Médiation entredes classes sociales et issues d’un patrimoine culturel différent. Via le projet, les enfants défavorisés vont à la rencontre des musiciens classiques, du public et des autres participants.
* Médiation à l’encontre des stéréotypes (défavorisés= insensibles à la culturel classique et au travail discipliné).
* Le fait de se mettre en scène et se montrer sous les projecteurs va à...