Psychologie du developpement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7827 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
BASES DU DEVELOPPEMENT

I. Les cadres d’étude du développement psychologique

1.1. Le contexte intellectuel et social de la naissance de la psychologie de l’enfant

Les débuts de la psychologie de l’enfant peuvent être situés durant la période qui court des années 1880 à 1910. En France, la Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant (SLEP) voit le jour en 1899.La nouvelle discipline s’inscrit sous une double égide à laquelle elle emprunte :
Son souci méthodologique,
Son intérêt pour les genèses.

Elle se présente sous deux figures :

– Psychologie de l’enfant : a vocation pour aborder son champ selon une multiplicité de points de vue, parmi lesquels la perspective développementale, certes essentielle, n’est pas exclusive.– Psychologie génétique (ou psychologie du développement) : plus définie par ses perspectives que par son domaine, et pouvant s’appliquer à l’ensemble de l’existence ( courant de recherche désigné par l’expression life-span-developmental-psychology – psychologie développementale « tout au long de la vie » - selon le point de vue que l’adulte, loin d’être dans un état stable qui contrasteraitavec les transformations que traverse l’enfant, est lui-même sans cesse appelé à se modifier, qu’il s’agisse des conséquences de ses expériences accumulées, des réponses aux restructurations affectant son environnement, ou encore de la mise en œuvre de stratégies cognitives compensant la baisse avec l’âge des possibilités sensorielles et motrices.

Les idées évolutionnistes mettent en avant,dans la foulée du darwinisme, les notions de lutte pour la vie, de variations individuelles, de survivance des plus aptes (Zazzo, 1954) ( recherche des processus qui conduisent à la progression de certaines tendances fonctionnelles, à la régression de celles qui, par manque de succès, ne sont pas renforcées (Baldwin, 1911).

La Psychologie de l’enfant a toujours revêtu deux casquettes :– Viser à recueillir, dans un but de connaissance pure et dans le cadre d’une conception théorique qu’il s’agit d’illustrer ou de vérifier, des informations sur les compétences et les performances psychologiques des enfants,

– Aboutir à des conclusions appliquées, en l’occurrence relative à l’élevage et à l’éducation.

( deux conséquences :

– L’abord des questions ditesfondamentales n’a pas été indépendant de préoccupations pratiques lancinantes ( études sur l’intelligence.

– Fréquents ont été les cas où des recherches, à l’origine strictement destinées à accroître les connaissances, ont été invoquées à l’appui de transferts pédagogiques parfois discutables (travaux d’un Piaget sollicités pour légitimer une démarche éducative).

L’événement jugéfondateur de la psychologie de l’enfant dans le cas français : « l’échelle métrique d’intelligence » de Binet, 1909.

La loi d’obligation scolaire, instituant en France l’enseignement primaire obligatoire, est édictée le 28 mars 1882.

Notion de débilité mentale, qui désigne une catégorie d’enfants se situant à la limite extrême de la répartition normale de l’intelligence. Echappant ainsià la pathologie franche, ils ne relèvent pas du médecin, mais du pédagogue. Encore faudrait-il, pour les repérer et en étudier le devenir, disposer de moyens adéquats ( instrument de Binet.

La référence au développement devient le fondement d’une métrique qui doit permettre d’évaluer le niveau mental.

Avec son test, Binet inaugurait une approche parvenant à un diagnostic, rapide etefficace du niveau d’adaptation d’un enfant au moment où est effectué l’examen. Les résultats étaient fortement corrélés avec le degré de réussite scolaire.

1.2. Les accidents et les régularités de l’évolution psychologique

La démarche élective des premiers psychologues d’enfants a consisté à suivre minutieusement le développement de quelques sujets, généralement leurs propres enfants,...
tracking img