Psychologie sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 51 (12727 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PSYCHOLOGIE SOCIALE

INTRODUCTION : Discipline de la psychologie, la psychologie sociale se révèle être une approche des fonctionnements internes, intimes des modes de vie individuel au sein d'un monde collectif. Étude de nos comportements au sein de la société, la psychologie sociale va aborder des problématiques diverses et confondant des questions d'ordre, à la fois psychologique etsociologique comme celle par exemple de l'influence du monde social sur nos comportements tout en se distinguant bien de ces deux disciplines mères.
Domaine de la psychologie prenant ses racines à l'époque des philosophes grecques, on cherchera, dans ce cours, à compter l'Histoire de celui-ci, ses objectifs et méthodes, tout en essayant de répondre aux problématiques, émanant de la discipline, laprincipale étant celle des origines de l'articulation du lien social.

CHAPITRE 1 : ORIGINES ET DÉFINITIONS DE LA PENSÉE SOCIALE
I-QUESTIONNEMENT DES PHILOSOPHES

Les questions sur les liens entre les individu et société vont, en effet, animer les débats philosophiques dès l'Antiquité grecque dont le fil conducteur s'établit sur l'interrogation primordialement débattu du « Est-ce que l'homme est unêtre social par sa nature se qui l'amènerait à se construire en société ou alors est-il amené à devenir être sociale par l'élaboration première d'une vie en société avant toute forme de vie individuelle ? ».

A-L'APPROCHE SOCIO-CENTRÉE PAR PLATON

Pour PLATON (-428 ; -348), il y aurait une primauté de la société sur l'Homme, l'éducation servant à faire naitre chez l'individu un coté social(approche dite socio-centrée) et où le rôle des structures resteraient donc primordiales pour le bon fonctionnement de l'individu au sein de la société. Dans l'idée de PLATON, la société doit tendre vers un monde juste, idéal, harmonieux où tout être a une place qui lui est propre.
Afin de démontrer sa conception d'une juste place pour tous, garanti par les fondements même de la notion de société,PLATON va théoriser trois fonctions qui, selon lui, émaneraient de celle-ci et attribueraient un rôle précis, en fonction des qualités de chacun, propice à l'évolution de la civilisation humaine :

La fonction économique : Cette fonction regrouperait les producteurs et aurait pour objectif la régulation des échanges.
La fonction militaire : Fonction regroupant tous les guerriers, elleaurait comme devoir d'assurer la protection de la cité ainsi que l'agression des territoires et troupes ennemi.
La fonction politique : Cette dernière fonction, fonction regroupant tous les magistrats devait permettre la régulation de la vie sociale au sein de la cité.

À chacune de ces fonctions correspondait une classe particulière possédant rôles et responsabilités propres, les actions descitoyens étant réguler par les règles de la classe à laquelle ils appartenaient. Ainsi, chaque homme de la cité, pour servir l'honneur de celle-ci, devait trouver sa juste place au sein d'une de ses trois fonctions, cette place devant lui permettre de s'intégrer au cœur de la vie sociale de manière singulière en fonction du statut, du grade et de la fonction occupés, la société venant ajuster sescomportements et éduquer l'individu pour qu'il se conforte à la catégorie à laquelle il participe.
Cependant, la conception de PLATON ne s'arrête pas là, selon lui, chaque homme voulant prétendre au droit de trouver la juste place qui lui serait attribué dans la sphère sociale, doit pouvoir justifier de la justesse de son âme. Le monde de la pensé est, donc, considéré par le philosophe commedevant être conforme aux règles imposées par la justice sociale qui apparaît comme convention et modèle pour la réussite d'intégration des individu.
Dans cette optique, la pensée individuelle doit forcément se confondre à l'image de cette justice sociale pour pouvoir prétendre à une considération furtive de la société à son égard. Il n'y a, donc, pas de place pour la subjectivité humaine dans la...
tracking img