Psychologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (800 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pardonner ou se venger?
Au Québec, au 19éme siècle, la majorité des peuples Québécois étaient des francophones. Les anglophones et les Amérindiens constituaient la minorité de ces peuples. Bienqu’ils soient tous les deux des peuples minoritaires, il y avait une différence majeure: les anglophones se retrouvaient au sommet de la hiérarchie sociale. Dans le roman Le Bras Coupé par Bernard Assiniwipublié en 2008, un amérindien nommé Mendam, à été injustement puni en se faisant couper le bras droit par les anglophones. Il se retrouve maintenant dans un dilemme suite à cette agression dont il estvictime. Il a le choix entre la vengeance ou bien le pardon.
Tout d’abord, après avoir été agressé, le personnage de Minji-Mendam peut choisir de pardonner les malfaiteurs. Pendant ses rêves, Ikwe,l’épouse du Bras Coupé qui était décédée suite à un accident, tentait désespérément de raisonner Minji-Mendam de pardonner aux boss. Elle lui disait : « Et les hommes qui ont fait mal en t’attaquant,te savoir vivant et près d’eux, toi qui connais toute la vérité sur cet accident, cela devrait les punir suffisamment. » Dans cet extrait, à partir des premières paroles d’Ikwe à la page 84, on peutobserver les mots «  habile », « vaincu », « habileté », « fier » qui constitue le champ lexical de l’encouragement de la part de la femme du Bras Coupé. Il y a aussi cette crainte et cette méfiancede la part des autres vivants du village qui pousse Ikwe de raisonner son mari. Les Amérindiens sont de nature pacifiste, ils ne cherchent pas à tourmenter la vie quotidienne des villageois. Ce désirde vengeance va à l’encontre de ce que les Amérindiens sont vraiment. Si les villageois vont commencer à craindre le Bras Coupé car il choisit de se venger, il va à l’encontre de ses valeurs. Donc,Ikwe lui reprochait ce désir de vengeance. «  Et pourtant, avant sa disparition de ce monde, cette femme tant aimée ne lui avait jamais adressé le moindre reproche… ». Ici on peut observer les points...
tracking img