Psychopathologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Psychopathologie de l’adulte
Qu’est ce qu’un symptôme ? Pourquoi ne pas l’empêcher ?
Psychopathologie clinique= point de vue psychanalytique et phénoménologique
L’objet n’est pas de guérir car on ne sait pas guérir le mal mental. Soulager, marquer le symptôme mais c’est différent de la guérison. La folie ne serait pas une maladie.
Objet : aider le patient à vivre avec sa souffrance.En soulageant le patient de son symptôme, on peut faire faire pire que mieux.
La psychopathologie se veut en dehors en dehors du dispo médical. La souffrance fait partie de la condition humaine.
2 courants :
Le courant subjectiviste : application de la théorie existentielle. Différent des méthodes des sciences de la nature, même méthodes des sciences humaines. Objet est larecherche de la singularité. En quoi un schizophrène est différent d’un autre schizophrène ? Démarche clinique au sens de la rencontre. Applications du courant objectiviste :
DSM IV
TCC
Théorie systémique
Chimiothérapie
Evaluation psychothérapeutique
Programmes éducatifs
Psychologie de la santé
Psychologie clinique de lasanté
Applications du courant subjectif :
Psychanalyse
Thérapies d’inspiration analytique
La thérapie a pour objet de restaurer quelqu’un, remettre comme avant : différent par l’objet de l’analyse : changement, transformation complète, aider quelqu’un à trouver de nouvelles directions.
Phénoménologie clinique
Thérapies humanistes
Entretien cliniqueMéthodes projectives
Le but 1er est la recherche de la singularité.
Psychopathologie clinique Rencontre entre 2 sujets. Objet : être humain en tant qu’il existe et se sent exister c’est un être unique ayant son histoire personnelle et vivant dans une situation qui ne peut être assimilée à aucune autre.
Méthode : écouter, analyse des processus de subjectivation
Lenormal et le pathologique Qu’est ce qu’être normal ?
Courant objectiviste : être c’est la majorité d’entre nous, ce qui correspond à la norme statistique et être adapté à la société.
Psychopathologie clinique : permettre au patient d’avoir accès à son propre désir.
Idée : quand on est mal c’est que l’on est coincé dans le désir de quelqu’un d’autre.
Cf. Lacan « la guérison vient par laparole » ne tient pas compte de la norme et la désadaptation sociale que cela peut entrainer.
La question de la pédophilie : comprendre ce que veut dire ce symptôme. Ce qui est pathologique. Aliénation de la liberté de l’individu.
La psychopathologie clinique est un ensemble de connaissance de la souffrance psychologique. Les médecins s’emparent du terme de psychopathologie, pathologie desfonctions cognitives, science commune à la psychologie et à la médecine.
Freud rend la parole au patient, la souffrance existe, pas d’homme standard.
3 façons de faire, relation aux autres impliquant une jouissance une référence aux objets.
Manière du névrosé
Manière du psychotique
Manière du pervers
Pour Lacan, 3 structures. Loin de relever de la maladie, lesymptôme est la solution a un problème, à un conflit. La maladie mentale CF. Foucault
Linge et Cooper (auteur anglais) courant anti psychiatre
Critique :
Démarches interprétatives s’interrompt, voyages dans l’espace intérieur
De l’amour parental
3 types de violences : laisser les gens aller jusqu’au bout de leur voyage, laisser les gens régresser, pour renaitre.
Cedélire a une fonction de guérison, folie= aliénation de la liberté
Quelqu’un qui n’a plus accès à son propre désir.
Quelques généralités : Garder à l’esprit la définition de la psychopathologie comme une science de l’âme. Pour ne
Pas réduire sciences ni à l’être dans sa pensée pure ni dans son corps pur.
1980 en France, la psychopathologie était intimement liée à la psychologie...
tracking img