Psychopathologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4152 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Psychopathologie

1er situation

Claude, schizophrène paranoïde.
1 fois par semaine, entretient pas très facile, quand il était en crise : il en était à deviner les pensées.
Un jour, se jette dans les escaliers la tête en avant, en hurlant qu’il était Dieu (donc immortel), a été alité en contention.
Dessin d’un bateau, «je ne suis pas bien par rapport à ce dessin car je le vois bouger,parfois il va vers la gauche, le bien et parfois vers la droite le mal»
Claude attaché.
Claude répète au médecin chef, présent dans la salle et il dit aux internes «exemple de manichéisme psychotique».
Le médecin fît un cours en présence du patient.
Claude complètement tétanisé.

2 ème situation

Dans un hôpital parisien, un système permettant de délivrer sans erreur, les médicaments,imprimer sur les patients des codes barres.
Jusqu’au jour un quelqu’un à voulu se défenestrer, «comprenait vous ne savez pas ce que sais de vivre à Auschwitz, ont été des numéros pour eux»

3 ème situation

Un petit garçons qui courait tout partout dans le bureau avec sa mère, sachant ce qu’il fallait. Cette mère : « mon fils n’est pas bien je le sais depuis que j’ai vu l’émission à la tv, il fautque vous fassiez quelque chose pour lui il est hyperactif»

Ne pas oublier qu’il s’agit d’une personne qui parle avant tout.

Le mot psychologie est à prendre de deux façons, dans le sens d’une pathologie du psychique, mais aussi la psychologie du pathologique, l’approche du sujet humain dans l’ensemble des situations qu’il peut vivre, qui génère de quelque manière que se soit une douleurpsychique, comme le deuil, processus douloureux mais nécessaire.
Pas de démarche descriptive, selon une façon qui fournit matière à se questionner, comprendre se qui sous tend l’apparition de certaines pathologies névrotiques.

Un auteur a marqué la psychopathologie, Freud premier à avoir dit à une patiente qui se disait paralysée, «c’est pas parce que vous me dites que vous êtes paralysé que vousl’êtes»

- Le premier a avoir souligné que le plus important dans la pratique ce n’est pas ce qu’on voie c’est ce que l’on peut entendre.
Cela l’a emmené d’une part a remettre en question les théories qui étaient en vogue à l’époque et qui faisaient de la maladie mentale le produit de l’hérédité, ou la théorie du traumatisme.
va laisser la parole aux patients, «talking cure» ou cure par laparole.

Importance de l’enfance, deuxième chose que F. a mise en avant.
Distinction essentielle à faire entre enfance/enfant.
Tout ce que F. a pu dire sur la sexualité infantile, il l’a dit aux adultes sur son divan, l’enfance c’est ce que l’on construit, c’est pas ce qui a derrière.
Ce n’est pas ce que l’enfant a vécu.

troisième point apporté par F. , découvre (pas le seul) il n’y a pas d’uncôté les fous et de l’autre les ,normaux, lien de continuité entre le normal et le pathologique, un peu de perversion, de névrose et de folie en nous.

Il y a depuis freud une tentative de dépasser ce clivage entre patients et professionnelles.
Dans cette marge, F, en a fait quelque chose.

Ce qui va être envisage avec les névrose ne sera de former des tableaux sémiologiques.

Pourcomprendre il faut des concepts et F. a cheminé pour établir un certains nombres d’entre eux et qui constituent sa métapsychologie.

I Métapsychologie

Tout ces concepts viennent de la clinique.
Lorsqu’il invente la pulsion, c’est quand un autre et une femme il y a des choix.
Au chapitre de la sexualité adulte, pas quelque chose du l’ordre de l’instinct.

Lorsqu’il parle de narcissisme, il reprend(sexologie A&L) les observations de psychose paranoïaque que le sujet quand il adresse à une autre il adresse à un double de lui même, en cela si il me persécute, c’est parce qu’il y a dédoublement de ce que j'éprouve à l’endroit de cette Autre.

a inventé ce mot, il faut entendre l’analyse d’un certain nombre de phénomène qui se situe au delà de la simple observation de l’Autre. Admettre...
tracking img