Puis-je juger la culture a laquelle j'appartient?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1425 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction:

En matiere de jugement porté sur une culture, ce qui vient en premier lieu à l'esprit, c'est la tendance à déprécier celles des autre. Une pente qui peut d'ailleurs prendre des formes extrêmes comme la xénophobie, le racisme, l'intégrisme religieux.
Et comment ne pas voir que c'est au nom de ma culture, érigée en absolu, dont je prétends qu'elle est la meilleure, que je porteun jugement négatif sur les autres? Il semble dés lors très délicat d'affirmer que je puisse juger la culture à laquelle j’appartiens. N'est-ce pas oublier que nul ne peut être à la fois juge et partie?
Mais à l'inverse, renoncer à juger sa propre culture n'est-ce pas se résoudre, de manière tout aussi inacceptable, à s'y laisser enfermer?
C'est pourquoi nous examinerons tout d'abord les risquesque comporte le fait de juger la culture qui nous constitue. Puis nous envisagerons que la connaissance des autres cultures nous donne assez de recul sur la nôtre pour la juger en évitant les préjugés. Enfin nous chercherons à établir que l'invitation à son propre dépassement est ce que notre culture comporte en elle-même de plus précieux.

Plan:

I.Je n'ai ni la capacité ni le droit de jugerla culture à laquelle j'appartiens
1.Une possibilité de fait
Ma culture est un ensemble très vaste de règles qui recouvre toutes les formes de l'intervention de l'homme sur ce qui l'entoure. A la fois théorique et pratique, elle fournit dans chaque domaine de l'existence individuelle ou collective, des valeurs et des normes.
C'est donc en vertu de ma culture que je juge qu'une loi,qu'un acte, qu'une théorie, qu'un mode vestimentaire ou culinaire, qu'une technique, qu'une oeuvre d'art est bonne ou mauvaise.
Il m'est dés lors impossible de juger ma culture, car cela revient à prétendre juger ce qui me permet de juger, à évaluer ce est le critère de toute évaluation possible.
Je ne peux juger ma culture qu'en restant à l'intérieur d'elle même. Or ce jugement n'en est pasvraiment un, il est partial, subjectif et porte la marque d'un conditionnement qui le prive de toute valeur et de toute pertinence. C'est au demeurant ce que confirme notre tendance à surestimer notre culture au détriment de celle des autres : l'impasse de l’ethnocentrisme.

De plus, même si je le pouvais, ce qui vient d'être infirmé, aurais-je pour autant le droit de juger la culture à laquellej'appartient?

2.Une impossibilité de droit
Observons pour commencer que se proposer de faire ce qui est hors de notre portée est une marque de présomption, le signe d'un orgueil auquel nous n'avons pas le droit de céder.
Plus fondamentalement cette attitude est d'autant plus illégitime que nous devons tout à cette culture que nous prétendons juger. Cette culture ne m’appartient pasau même titre que les choses que je possède. Elle me constitue et me définie. Je lui suis redevable de ce que je suis. la juger c'est faire preuve d'ingratitude et de renoncer à une part de moi même.
C'est en un sens de ce souci dont semble témoigner l'attitude de Socrate au terme de son procès dans "L'apologie de Socrate". Le premier des philosophes refuse l'exil et la fuite qui pourraitpourtant lui sauver la vie, car il n'envisage pas un seul instant de se soustraire aux lois de la cité qui est la sienne.

Faut-il pour autant se résigner à être enfermé dans sa propre culture, sous prétexte de s'abstenir de la juger?

II.Le dialogue des cultures
1.Le fait de la diversité culturelle
Chaque culture est ensemble de règles contingentes. Chacune de ces règles résulted'un choix. Ce que nous faisons, nous aurions donc pu le faire autrement. C'et ce que souligne Claude Lévi-Strauss dans "Les structures élémentaires de la parenté quand il fait de la règle, du particulier et de la différenciation la marque distinctive de l'ordre de la culture, alors que la loi universelle et nécessaire est celle de l'ordre de la nature.
L'identité d'une culture provient donc...
tracking img