Pull over rouge

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1260 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Déborah VELOU, seconde 1
-------------------------------------------------

-------------------------------------------------

-------------------------------------------------

Voici un extrait de récit fantastique. Continuer l’écriture pour mener à terme cette histoire fantastique :
«Le froid complique toujours les choses. En été on est tellement près du monde tellement peau contrepeau ; mais à présent ma femme m’attend à six heures et demie dans un magasin pour choisir un cadeau de mariage je suis en retard mais je constate qu’il fait froid : il faut mettre un pull over. »
Le pull over rouge
J’ouvre mon armoire et j’ai en tête de prendre le premier pull over qui est à porté de main, cependant mon regard s’arrête sur ce pull over, ce pull que je n’ai jamais eu l’occasionde porter. Je trouve que le moment est bien choisit de l’enfiler : Ce sont les périodes de Noël et il fait horriblement froid, mon pull est rouge vif et a l’air d’être bien chaud. Non seulement d’être doté d’une couleur qui est capable d’éclairer une pièce à elle toute seule, il possède tout le long des bras plein de petits points blancs semblables à des flocons de neige. C’est la journée idéalepour aller faire les magasins avec cet habit puis, cela fera plaisir à ma femme que je porte le cadeau que m’avait tricoté sa mère. Pourtant, ma belle-mère ne m’apprécie pas énormément, j’étais en situation de choc lorsqu’elle m’avait tendu le paquet le soir de Noël, l’an passé. Je la méprise, je ne sais pas pourquoi mais je pense que le fait qu’elle étudie de loin tout ce qui est en rapport avecla sorcellerie, le vaudouisme qui me donne l’envie de n’avoir peu confiance en cette femme. D’ailleurs lorsque j’enfile le pull, ma première impression est qu’il soit doux comme de la fourrure mais cependant ma seconde n’est pas aussi positive, ce pull ne me va guère. Il est beaucoup trop large, mais je n’ai pas le temps de changer de vêtement. Je suis en retard. Sur la route du centre-ville,je vois tous les passants pressés, avec leur immensité de cadeaux dans leurs mains. J’en deviens fou ! Je pense que les fêtes de Noël sont les plus stressantes de toutes les fêtes. Cela n’est même plus une fête religieuse, juste une fête qui nous permet de recevoir une grosse quantité de présents. Enfin arrivé et garé devant le magasin de cadeaux pour « jeunes mariés » (nos jeunes mariés à nous, onune quarantaine d’années tout de même) je vois ma femme faire les cent pas devant les portes automatiques qui ne cessent de s’ouvrir et de se refermer. Je sais très bien qu’elle risque de me faire remarquer que j’ai une demi heure de retard et que le repas de noces commence à huit heures et qu’il faut que madame se prépare… Soudain lorsque Lucie me fait remarquer que mon pull est totalementdémodé je reçois une sorte de picotement en bas du dos, une sensation fort désagréable comme si l’on se frottait à de la moquette. Une fois entré dans le magasin, les gens me regardent de tous côtés avec un air moqueur, je suis vexé mais, ensuite, cet état d’instabilité morale se fait surpassé par une douleur physique, cette fois-ci non pas dans le dos mais, plutôt vers la poitrine. Après avoir cherchépendant un bon quarante-cinq minutes, on trouve enfin les cadeaux correspondants pour des mariés : Une ménagère, malgré qu’ils vivent ensemble depuis dix ans et qu’ils en ont surement déjà une ; un joli vase à disposer dans leur horrible et minuscule entrée puis un bel et grand bouquet de fleurs blanches. Une fois les achats effectués nous nous empressons de rentrer à la maison. Lucie veutabsolument que je change de tenue pour le mariage ce qui je pense est, tout à fait normal, cela va de soit. Plus je me regarde dans le miroir, plus je trouve que ce pull m’enlaidit d’avantage et plus j’y pense, plus je ressens une douleur constante au niveau de mon buste. Je rouvre mon armoire et cette fois si, à ma grande stupéfaction je ne trouve rien. Plus de chemises, de t-shirts ni même de...
tracking img