Qu'est ce qu'une nation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1285 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Qu’est ce qu’une nation » E. Renan
Introduction

Le texte que nous allons étudier, intitulé « qu’est ce qu’une nation », est une conférence donnée à la Sorbonne par Ernest Renan le 11 mars 1882.

Quelques points de sa biographie :

Joseph Ernest Renan est né en 1823 en Bretagne. Il entre au séminaire à 15 ans, puis doute de ses convictions religieuses et renonce au sacerdoce. Il fait desétudes de lettres et de philosophie. Il est élu à l’Académie Française et nommé Administrateur du Collège de France en 1883.

La révolution de 1848 fait sur lui forte impression, il fréquente la jeunesse libérale et collabore à la « Liberté de pensée » (revue philosophique).

Il meurt à Paris en 1892.

I. Ce qu’est une nation pour Ernest Renan

a. Une nation : « un désir de vivreensemble »

Renan définit la nation par le  désir de vivre ensemble  qu’il qualifie de « plébiscite de tous les jours ». C’est pour lui la mise en commun perpétuelle de projets et de valeurs qui est source de l’existence d’une nation. La volonté des individus de prolonger le passé dans un projet collectif est un guide de construction nationale. Il faut entretenir continuellement la nation, c’estune perpétuelle affirmation. Renan affirme donc que la nation est la résultante de la volonté de ceux qui la composent, et on se situe là dans le présent.
A cette définition du passé, Renan ajoute une dimension liée au passé : « la possession en commun de riches legs », mais il apporte une nuance surprenante, celle de l’oubli.

c. L’oubli

Il pense qu’ au sein d’une nation, les individusdoivent savoir oublier certains évènements douloureux du passé afin de créer une certaine entente entre les personnes sensées représenter une nation. Pour lui si certaines choses ne sont pas oubliées alors la cohésion entre les personnes ne sera pas totale.
Ernest Renan pense que l’oubli est une base de la construction de l’identité nationale.
Nous pouvons prendre pour exemple de l importance del’oubli pour Ernest Renan, tout d’abord la réunion de la France du Nord et de la France du Midi. En effet, cette réunion est le résultat d’une extermination et d’une terreur continuée pendant prés d’un siècle. Il est en effet important pour Renan d’oublier cet évènement qui pourrait être mal vécu de la part de ces deux parti de la France et du coup pourrait créer certaines tensions et une volontéde séparation.
D’autre part Renan cite le Massacre de la saint Barthélemy, résultant d’un conflit religieux c’est un exemple qui confirme le fait que l’oubli est quelque chose de nécessaire pour la formation d’une nation et de son unité.
Ernest Renan a tenu ce discours peu de temps après le traumatisme de 1870 et la perte de l’Alsace et de la Moselle par la France au profit de l’Allemagne ilétait donc à ce moment là très révolté. Hostile à cette annexion, Renan estime que l’oubli de tels épisodes est nécessaire pour qu’une nation existe. Il faut savoir occulter une partie du passé, la mémoire historique semble donc sélective. Certains faits historiques sont douloureux, il faut alors opter pour l’oubli. L’approche de Renan est donc très liée aux évènements historiques, et c’est uneapproche typiquement française de l’époque.

L’essence même d’une nation, pour E. Renan, est que tous les individus aient des choses en commun et qu’ils oublient certaines choses. Par exemple en France, aucun citoyen ne sait s’il est Visigoth, Alain, burgonde…

II. les critères de Renan pour une nation

a. La race

Renan ne pense pas que l’on puisse fonder une nation sur la race, il dit quele droit primordial des races est étroit et plein de danger pour le véritable progrès d’une nation.
Il ne pense donc pas qu’une seule race puisse permettre de fonder une nation car l’histoire nous montre que les races se sont mélangées tout au long des époques.

Charlemagne : empire unique de race diverse

Le mot race est expliqué par les historiens et les anthropologistes par deux sens...
tracking img