Qu'est ce que la monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9158 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Cours du 21 Septembre 2010

I. Qu’est ce que la monnaie ?

Définition de la monnaie : La monnaie tient une place importante dans notre société. Elle est présente dans toutes nos transactions quel qu’elle soit, dans tous les échanges économiques, qu’elle soit réel ou financières. C’est aussi un élément important dans la vison et l’analyse d’une économie. Ce sont les autoritésmonétaires qui régulent, alimentent et restreignent la circulation de la monnaie.

a) Caractéristique de la monnaie

La monnaie est définie par les trois fonctions qu’elle est supposée exercer :

1) La monnaie comme intermédiaire des échanges
2) La monnaie comme réserve de valeurs
3) La monnaie comme unité de compte

Le fait qu’elle soit définie par trois fonctionset non une seule indique déjà l’existence d’une difficulté conceptuelle.

1) La monnaie comme intermédiaire des échanges

En tant qu’intermédiaire des échanges, la monnaie est un instrument qui permet d’échanger deux biens, en évitant les contraintes du troc.

Dans le troc, deux biens M et M’ s’échangent directement l’un contre l’autre :

M ( M’

Dans l’échange monétaire, deux biens,M et M’ s’échangent par l’intermédiaire d’un instrument spécifique, la monnaie :

M( A (M’

L’agent qui détient le bien M et souhaite l’échanger contre M’, le cède d’abord contre de la monnaie A :

M ( A

puis cède de la monnaie A contre M’ :

A ( M’

Cette définition simple suggère le bénéfice qu’une société peut tirer de la circulation de la monnaie, lorsqu’il existe une divisiondu travail développée, c’est-à-dire lorsque les producteurs sont spécialisés dans la production de certains biens, en sorte qu’ils sont tenus de vendre ce qu’ils produisent pour acheter ce qu’ils consomment.

Ce bénéfice consiste à surmonter la contrainte de la double coïncidence exacte des besoins du vendeur et de l’acheteur en qualité et en quantité, sur un même lieu, contrainte propre au troc.Les contraintes de la double coïncidence montrent que dans une économie de troc, des échanges souhaités par les agents peuvent ne pas se réaliser faute d’intermédiaire des échanges, c’est-à-dire de monnaie.

« Voir exemple chapitre 1 page 2 »

Dans les sociétés développées, ce sont l’or et l’argent qui ont le plus souvent exercé le rôle d’intermédiaire des échanges, parce qu’ilsprésentaient au plus haut point les caractères d’immuabilité, de transportabilité et d’identifiabilité qui constituent les qualités attribuées aux monnaies préférées par toute société.

2) La monnaie comme réserve de valeurs

Le modèle précédent de la monnaie comme intermédiaire des échanges fait apparaître que les deux moments de l’échange (M → A et A → M’) ne sont pas simultanés et que pendant letemps qui les sépare, la monnaie exerce une fonction de « réserve de valeur ».
La fonction d’intermédiaire des échanges est donc inséparable de celle de réserve de valeur, à cause de la non-synchronisation de l’achat et la vente. L’exercice de cette fonction peut être étendu à d’autres cas.

D’une manière générale, la monnaie exerce une fonction de réserve de valeur pour deux raisons : lanon-synchronisation entre les recettes et les dépenses d’une part et l’incertitude sur les réserves futures d’autre part. Elles constituent deux motifs de « demande de monnaie ».

Mais la monnaie n’est pas le seul moyen dont disposent les agents économiques pour conserver de la valeur, c’est-à-dire détenir de la richesse.

Les formes de la richesse

La richesse peut être détenue sous plusieursformes. On distingue :

• la richesse non financière, qui est constituée des biens matériels (or, maison, bijou, usine…) et immatériels (comme, par exemple, un fonds de commerce, une qualification) ;

• la richesse financière, qui est constituée des titres qui peuvent s’échanger directement contre des biens matériels ou qui, en général, doivent d’abord se transformer en monnaie pour s’échanger...
tracking img