Qu'est-ce que le moi?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2032 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de texte

Texte :Qu'est-ce que le moi?

Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants, si je passe par là, puis-je dire qu'il s'est mis là pour me voir? Non, car il ne pense pas à moi 'en particulier. Mais celui qui aime quelqu'un à cause de sa beauté l'aime-t-il? '1 Non: car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu'il ne l'aimera plus.
Et sion m'aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m'aime-t-on moi?
Non, car je puis perdre ces qualités sans me perdre moi-même. Où est donc ce moi, s'il n'est ni dans le corps, ni dans l'âme? et comment aimer le corps ou
101 l'âme, sinon pour ces qualités, qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu'elles sont périssables? Car aimerait-on la substance de l'âme d'une personne, abstraitement, etquelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n'aime donc jamais personne, mais seulement des qualités.
Blaise PASCAL, Pensées (1670) (art. V, §.323, édition GF., p.141).

[pic]
Expliquez le texte suivant. La connaissance de la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problèmedont il est question.

Explication :

La problématique d'ensemble que pose ce texte est celle de la définition même du moi (ego), en tant que sujet ou personne. Pascal, qui notera ailleurs que « le moi est haïssable », s'interroge ici sur ce qui peut en constituer l'essence, voire même si cette essence ne serait pas inaccessible à la conscience de soi et du soi des autres. En clair,c'est tout le problème de la subjectivité qui se dresse à nous, quel que soit l'angle par lequel nous essayons de définir ce qu'est notre « personnalité» (notre être personnel propre).

I.
En effet, le début du texte envisage le point de vue sur le Je d'un « spectateur» me regardant depuis sa fenêtre (lignes 1-4), je ne suis qu'un passant parmi tous ceux qui traversent son champ de vision tantque je reste un parfait inconnu à ses yeux. Mieux, je ne suis pas un moi particulier, c'est-à-dire quelqu'un présentant des qualités qui me distingueraient spécialement d'un ensemble, mais un être anonyme, un corps en mouvement.
Déjà Descartes disait qu'en dehors de la conscience, des hommes marchant dans la rue ne sont de prime abord que « des manteaux et des chapeaux ». Bref, en tant quecorps vu de loin, je ne suis rien qu'une silhouette, ce à quoi les régimes totalitaires s'acharneront d'ailleurs à réduire les hommes, uniformisés et broyés dans les masses. D'une personne étrangère aperçue, nous ne sommes donc pas tenus d'en déduire qu'il s'agit bel et bien d'une personne.
Bien sûr, diront certains, nous savons qu'il ne s'agit pas de mannequins, encore qu'il se pourraitqu'ils le fussent. Mais par l'indifférence même d'un regard distant qui demeure comme à la périphérie de l'être vu, nous ne faisons que « survoler» un personnage social sans saisir la personne qui. est la sienne. La personne se dédouble ainsi en l'apparence extérieure qu'elle arbore et qu'un inconnu peut se borner à suivre depuis son appartement, et l'être interne ou intime qui se tient en son forintérieur, dont Duby et Braunstein ont relaté la conquête dans la sphère privée à la fin du Moyen-âge.

Or, sous le regard d'autrui qui, comme le dira Sartre dans Huis Clos, peut devenir un enfer en ce que ce regard m'enferme sous une étiquette, cette dimension subjective du moi ne se laisse pas aisément déduire de la simple contemplation des apparences qu'autrui a sous les yeux. Certes, cesdernières disent quelque chose sur moi, exposent ou révèlent par le langage des gestes ou la parole des signes extérieurs (par exemple vestimentaires) quelque chose de moi-même qui m'est propre, mais qui en réalité peut tout aussi bien n'être qu'un masque et un costume déguisant ma véritable personnalité.
En ce sens, mon moi n'est pas réellement appréhendé par le spectateur qui reste...
tracking img