Qu'est ce que l'europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1136 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Étude de cas : l’Europe médiane
C
ette étude de cas a pour objectif de mettre en place à l’aide d’un exemple précis et localisé les
principaux enjeux de la séquence 2. Ceux-ci sont ensuite mis en perspective à une échelle plus
globale.
Cette étude de cas met en évidence, à travers l’ensemble documentaire retenu, le morcellement
politique au sein de l’Europe médiane et en recherche lescauses.
De l’Europe des empires en 1914 à l’Europe médiane actuelle
Dix ans de confl its dans les Balkans (1991-2001)
Juin 1991 Éclatement de la Yougoslavie, suite aux déclarations d’indépendance de la Slovénie et de
la Croatie.
1991 Guerre entre la Slovénie et la Serbie.
1991-1995 Guerre entre la Croatie et la Serbie.
1992-1995 Guerre entre la Serbie et la Bosnie.
Accords de paix de Daytonsur la Bosnie (novembre 1995).
1992 Envoi de casques bleus en Bosnie.
1998-1999 Confl it du Kosovo entre Serbes et Albanais du Kosovo.
Bombardements ciblés de l’OTAN sur la Serbie (1999).
2001 Insurrection albanaise en Macédoine (août-novembre).
Document 1
Document 2
© Cned – Académie en ligne42 Séquence 2-HG11
L’éclatement de la Yougoslavie

Vers l’intégration régionale et versl’Union européenne
« L’affaire n’est pas dénuée d’ironie : à l’heure où Bruxelles se montre plus que réservé vis-à-vis d’un
nouvel élargissement, l’Europe du Sud-Est met sur pied, en collaboration avec l’Union européenne, une
coopération de grande envergure qui va créer des conditions favorables à son entrée dans l’Union.
Prenant exemple sur la Communauté européenne du charbon et de l’acier(CECA) - jadis noyau de
l’intégration européenne -, les pays concernés viennent de poser les fondations d’une coopération
régionale durable dans le domaine du gaz et de l’électricité. Ils voient là une occasion unique de panser
les blessures de la guerre, de normaliser leurs relations et de se rapprocher de l’Union européenne.
Dix ans après la fi n de la guerre en Bosnie, cinq ans après la fi ndes confl its du Kosovo, cela tient du
miracle. Au début, nul ne croyait, à Bruxelles, que l’on parviendrait à réunir ces anciens ennemis et ces
voisins méfi ants autour d’une table et à les convaincre de l’intérêt d’une coopération solide dans le
secteur énergétique.
Ils préféreraient secrètement continuer à gérer leur politique énergétique de façon indépendante. Mais
un examen honnête dela situation les a conduits à changer leur fusil d’épaule : il faudra, au cours des
dix prochaines années, investir environ 20 milliards d’euros dans la région pour adapter les sites de
production existants aux normes européennes et construire de nouveaux réseaux transfrontaliers. Or
cette somme passerait, selon la Banque mondiale, à plus de 30 milliards d’euros si chaque État faisaitcavalier seul. »
D’après Carola Kaps, « Frankfurter Allgemeine Zeitung », 2005.
Yougoslavie : des nationalités mais pas de nation
La Yougoslavie n’a jamais été une nation, comme le sont la plupart des États européens. La France, la
Hollande ou la Pologne, pour ne citer que ces exemples, ont chacune une langue, une histoire commune,
un sentiment national. La Yougoslavie n’a rien de toutcela. Une langue ? Prenez un billet de banque
yougoslave, vous le verrez libellé en quatre idiomes : slovène et croate (en alphabet latin), serbe et
macédonien (en alphabet cyrillique) (. .. ).
Une histoire commune ? Avant la formation de l’État yougoslave, les différents peuples qui le composent
n’avaient jamais appartenu ni a un même État ni à une même culture.
Document 3
Document 4Document 5
© Cned – Académie en ligneSéquence 2-HG11 43
Un sentiment national ? Il suffi sait de parler quelques minutes avec n’importe quel citoyen yougoslave
pour déterminer, à ses propos, s’il était serbe, croate, slovène etc. (. .. ). Bref, la conscience d’un destin
commun, la volonté de vivre ensemble, tous ces sentiments qui sont l’élément constitutif d’une nation
et le seul ciment...
tracking img