Qu 'est ce que choisir?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3233 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Qu’est-ce que choisir ?

Nous pouvons dire que le choix relève de l’action, si nous définissons l’action comme pouvoir d’altération qui définit ou que définit un sujet, l’agent, et qui est mesurable à des effets. Celui qui agit peut quelque chose, il n’est pas seulement dans l’ordre de la proclamation, de la déclaration d’intention. Il faut distinguer l’action d’une puissance d’altérationqui s’exprimerait à l’insu de l’agent comme des modifications naturelles : le développement organique, le vieillissement… Il s’agirait sinon d’une puissance que nous reconnaissons et sur laquelle nous avons un pouvoir d’altération limité. Il faut distinguer l’action de l’acte. L’acte a pour condition de possibilité l’action qui est révélée par l’acte. C’est une spécification du pouvoir faire dansl’agir ainsi et pas autrement. Cela sous-entend que l’agent pouvait agir autrement. Nous plaçons le choix entre l’action et les actes : si l’action était impossible, le choix serait illusoire. Il donne du sérieux à l’agent. Choisir demande l’initiative d’un sujet qui se demande, recherche, examine, tergiverse, se précipite, décide, modifie, s’abstient, regrette… En choisissant, le sujet projette etréalise. Il se pose des questions. Le choix révèle aussi les difficultés de l’action. L’action est la condition de possibilité du choix, le choix est l’épreuve de vérité de l’action. Le choix est plus large que l’acte, il le commande. Il est possible de discriminer des actes quant au choix, de distinguer des actes irréfléchis, spontanés d’une part, réfléchis, raisonnés d’autre part. L’acte estl’aboutissement du choix et son accomplissement. L’acte sanctionne un choix : on a bien ou mal choisi. Le choix appelle l’acte sans quoi il est un scénario illusoire, un jeu de l’ordre du semblant. Il est de la responsabilité de celui qui choisit de se décider. La vérité du choix est ce qui est fait. En question est ce qui peut ou doit être imputé à celui qui s’est décidé. Faut-il distinguer desconséquences prévisibles et imprévisibles d’un choix ? Quelles sont les conditions de la possibilité du choix s’il se découpe sur le fond de l’action ? Quels sont les caractères de l’agent ? Que suppose la détermination humaine ? Ne faut-il pas penser que le monde est contingent pour que la qualité de l’agent ne soit pas illusoire ? Quelles sont les conditions de l’exercice, de la réalité du choix ? Commentchoisissons-nous ? Est-il possible de déterminer par le discours les moments et les difficultés d’un choix ? Est-il pertinent de l’envisager comme processus logico-pratique ? Quelles sont les leçons de l’objectivation du choix ? Qu’est-ce que le choix invite à prendre au sérieux ? Que penser du risque et de la responsabilité ? Quelle est la valeur du choix eu égard à l’exigence pratique ? Si lechoix est en effet une expérience cruciale, qu’est-ce que le choix révèle de l’action ? On peut dégager trois intérêts : un intérêt large en amont : qu’en est-il de la possibilité du choix ? un intérêt strict : qu’en est-il de l’exercice du choix ? un intérêt élevé en aval : qu’en est-il de l’importance, de la valeur du choix ? Il s’agit de déterminer ce que nous sommes en droit d’attendre du sujetpratique : est-il un sujet sérieux ?

1. A quelles conditions est-il possible de rendre le choix intelligible ?

Si l’action n’est pas un leurre, elle rend possible le choix ; le choix révèle l’action. Qu’en est-il de la constitution et du sérieux du sujet actif ? Il faut pouvoir envisager d’une manière articulée une condition objective ontique et une condition subjective anthropique.Qu’en est-il du monde et de l’agent pour que celui-ci ait une prise sur le monde ? Par la nature projective de l’action, il faut déterminer si l’agent a une prise sur le monde tel qu’il est constitué. Pour ce qui est de la constitution du monde, il faut poser ou bien que si le monde ne comporte que du nécessaire, le nécessaire du monde ne rend pas impossible la détermination humaine ou bien...
tracking img