Que gagne-t'on a travailler?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1110 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Problème du sujet : en guise d’introduction :
Face à la question posée, une toute première réponse peut venir rapidement : en travaillant
, on gagne sa vie. Par là on entend généralement suffisamment de revenus pour assurer son
existence matérielle. C’est ainsi bien souvent pourquoi les gens travaillent. Ainsi,
en travaillant, l’homme gagne de l’argent pour assurer sa subsistance. Unetelle réponse
renvoie alors à la définition du travail comme moyen de satisfaire ses besoins. On peut
ici penser à cette expression tirée de la Genèse qui parle de Gagner son pain à la sueur
de son corps, à la sueur de son front. Toutefois, peut-on limiter le gain à l’argent ?
L’expression courante dit ainsi que l’homme travaille pour gagner sa vie. Mais doit-on
limiter le sens du terme vieà la seule vie matérielle ? En d’autres termes, le travail
ne consiste-t-il qu’à satisfaire des besoins matériels ?

Remarques :
Vous pouvez donc remarquer ici que c’est le sens et la valeur du travail qu’il s’agit
d’interroger. Qu’il s’agisse, dans le problème que nous venons de formuler, de se
demander si le travail consiste à satisfaire nos besoins, ou qu’il s’agisse de la
questionde la vie, le problème est identique. En effet, lorsque nous disons que nous
travaillons pour gagner notre vie, qu’entendons-nous par vie ?

Plan possible :

Première partie :
Dès lors, une fois le problème formulé, il est possible de revenir ici sur la toute
première réponse qui semble s’imposer face à la question du sujet : en travaillant,
nous gagnons la possibilité de satisfairenos besoins. C’est alors cette première idée
que l’on pouvait développer. Pour cela, il est possible de partir de constats simples :
nous travaillons parce que nous ne pouvons pas faire autrement, parce que cela est
nécessaire. Si nous pouvions vivre sans travailler, sans doute ne le ferions-nous pas.
Ici, on pouvait penser à cette formule de la Genèse que nous avons citée plus haut :
«tu travailleras à la sueur de ton front » qui est la punition infligée à Adam suite
à sa désobéissance. Le travail apparaît comme une punition, mais aussi comme nécessaire
parce que Adam et Eve sont chassés du jardin de l’Eden qui est le jardin de la profusion. Dans ce jardin nul n’était besoin de travailler puisque les besoins pouvaient être satisfaits. Hors de ce jardin, pour survivre, ilfaut travailler. En travaillant, on gagne donc son pain à savoir de quoi vivre. C’est donc, dans un premier temps, la définition du travail comme moyen de satisfaire ses besoins qui semble s’imposer. Et d’autres développement allant dans le même sens étaient possibles : on peut penser ici à la distinction entre le travail et le loisir chez Aristote dans la Politique. Le travail est alors défini commesoumission à la nécessité. Le citoyen, l’homme libre, celui qui participe à la vie de la cité est celui dont le temps est libéré afin de pouvoir se consacrer aux affaires politiques. L’esclave est celui qui travaille afin de permettre au citoyen d’être libre. Le loisir n’est pas alors l’oisiveté, mais le temps consacré à développer ses facultés pour mieux vivre sa liberté en tant que citoyen. Surce point on peut penser à la définition de l’homme par Aristote comme animal politique.
Mais une telle distinction revient une fois encore à ne définir le travail que comme
soumission à la nécessité et comme simple satisfaction des besoins. Or, nous pouvons
remarquer que ce qu’Aristote appelle loisir ici est le terme skolé qui donnera le terme
d’école en français. Ce loisir n’est-il pasaussi une forme de travail ? Le travail ne
peut-il pas alors permettre à l’homme de se développer en tant qu’homme ?

Deuxième partie :
En effet, pour un homme, vivre ne consiste pas simplement à satisfaire ses besoins primaire
L’homme n’est pas seulement un être de besoins, il est aussi un être de désirs.
Il vit en commun avec les autres et parmi ses désirs se trouve celui d’être...
tracking img