Que gagnons nous a travailler?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2670 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Que gagnons-nous à travailler ?

Chez les Anciens, c’est-à-dire du temps de la civilisation grecque puis romaine, le simple fait de travailler etait synonyme de pauvrete, c’est de là que vient l’etymologie du mot travailler qui viendrait du mot latin ‘tripaliare’ signifiant tourmenter, torturer avec le ‘trepalium’ (instrument de torture forme de trois pieux). Le sens exact du mot en latinsignifiait bien la vision qu’avaient les Romains et les Grecs du travail. C’etait une activite physique vile, une contrainte materielle, il fallait donc s’en affranchir pour etre libre, en participant à la vie politique (en allant a l’Agora). Aujourd’hui, le trvail permet l’independance et la reussite, le travail est devenu un moyen personnel de reussite. Mais pourquoi ce retournement de situation ?Que gagnons-nous à travailler ? Pourquoi travaillons-nous et dans quel but ? Nous nous attacherons d’abord a voir le travail comme une activite alienante, dont le seul but pour l’homme est d’en tirer un profit, puis les autres motivations que nous pouvons en tirer

Nous allons d’abord pourquoi l'homme se contente-il de travailler en vue du seul gain.
Si l'on interroge les individus sur lesraisons qui les poussent à travailler, un grand nombre répondra qu'ils travaillent pour gagner leur vie, pour subvenir à leurs besoins. Mais, cela ne répond pas à la question que l'on pose si on se place du point de vue non pas des individus et des explications qu'ils donnent, mais plus fondamentalement, du point de vue de l'espèce humaine. "Pourquoi travaillons-nous?" voulant alors dire, "Pourquoiy a-t-il du travail, pourquoi le travail existe-t-il?". Le mythe de Protagoras, extrait du Protagoras de Platon, donne certes sous la forme d'un récit mythologique, une réponse à cette question en même temps qu'il développe une thèse à propos de l'origine de la technique. Ce qui indique que l'apparition du travail est liée à celle de la technique. Les individus ne travaillent pas pour produiredes valeurs d'usage, ils travaillent pour gagner leur vie, pour obtenir en échange une rémunération ou une contre partie quelconque. On se demande alors pour quelles raisons le motif pour lequel ils travaillent est totalement sans rapport avec la raison d'être du travail à l'échelle de l'espèce? Lorsqu'on travaille pour gagner sa vie, on travaille en échange d'une rémunération avec laquelle onpourra se procurer des biens utiles à la survie et à la vie.
De plus, l'homme attend également du travail une reconnaissance, désire être admiré et pourquoi pas de devenir un exemple pour d'autres personnes. Etre admiré, c'est être reconnu comme un individu à part entière et non comme un être quelconque. Cette reconnaissance n'est toutefois pas spontanée, et demande un certain mérite pour exister.Hegel, dans sa célèbre dialectique du maître et de l'esclave, a exposé une conception du travail qui n'a plus dès lors cessé d'exercer son influence. C'est dans la relation de domination et de servitude que s'ancre cette conception. Pour Hegel, l'homme ne devient proprement humain que lorsqu'il obtient la reconnaissance d'un autre homme, c'est-à-dire lorsque la certitude subjective qu'il a delui-même se mue en vérité objective. L'homme veut être reconnu en tant qu'homme, autrement dit il veut prouver à l'autre que pour lui, la vie purement animale, la vie des besoins, n'est rien. C'est pourquoi il est prêt à risquer sa vie dans une lutte à mort pour la reconnaissance. Bien évidemment, si l'un des deux protagonistes meurt, plus aucune reconnaissance n'est possible. Hegel affirme que danscette lutte (qui n'est pas pour Hegel une simple abstraction mais un véritable moment historique et philosophique), l'un des deux adversaires, devant l'angoisse de la mort, abandonne le combat prouvant qu'il tient plus à la vie animale qu'à son statut d'humain, tandis que l'autre maintient son mépris pour la vie. Le premier devient l'esclave, le second le maître. L'esclave est donc contraint de...
tracking img