Quel besoin l'homme a-t-il de produire des oeuvres d'art ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A. Introduction

La question posée peut frapper par son caractère large et indéterminé. Elle s'enracine dans un questionnement mal délimité et semble appeler des réponses multiformes et indéfinies.
Dès lors, elle ne prendra un sens réel et précis que si nous examinons quel besoin humain spécifique répond et correspond à une définition exacte de l'œuvre artistique. Le problème est d'arriver àdélimiter et à décrire un besoin (spirituel) en accord avec une notion juste de l'art. Dès lors, c'est une sorte de « phénoménologie » (de description progressive) du besoin qui s'impose à notre étude.

B. Discussion

1. La sublimation des besoins dans l'art

Définissons, en première approximation, le besoin comme l'exigence de quelque chose correspondant à une nécessité vitale, exigencenaissant d'un état de tension interne ne pouvant trouver satisfaction que par l'action spécifique procurant l'objet adéquat. Quant à l'œuvre d'art, elle désigne une actualisation sensible de la beauté par l'effort d'un être conscient. Qu'est-ce que produire une œuvre d'art? C'est créer, exprimer et extérioriser dans le monde des œuvres exprimant un idéal de beauté. Dès lors, il s'agit de comprendresous l'effet de quelles exigences internes l'homme peut façonner un ouvrage correspondant à un idéal de beauté. Quelle insatisfaction meut l'artiste qui se dépasse dans l'objet artistique et le crée? Le problème est, en filigrane, de comprendre le moteur de la faculté créatrice de l'artiste, son aiguillon en quelque sorte.
Au niveau le plus élémentaire, le besoin de produire des œuvres d'artpourrait s'alimenter dans l'insatisfaction et les manques inhérents au réel. Quand les désirs ou les besoins ne peuvent être comblés dans la réalité, quand les demandes vitales ne sont pas en mesure d'être positivement réalisées dans le monde extérieur, alors il faut bien qu'une issue soit trouvée. Les lacunes et les refoulements des besoins concrets trouveraient une compensation sur le plan del'imagination. L'artiste saisirait imaginairement et en songe ce qu'il ne peut expérimenter dans le réel. Les exigences qui ne peuvent s'actualiser de facto se vivent dans l'imaginaire. La création d'images - belles - et la production de l'œuvre d'art se donnent alors comme des substituts de besoins et de désirs non satisfaits. L'artiste façonne irréellement une œuvre d'art, lieu d'épanouissement et dejoie, alors que le réel se dérobe à ses désirs et à ses besoins. Stendhal, en écrivant Le Rouge et le Noir, satisfait imaginairement des exigences qui ne pourraient l'être concrètement. En Julien Sorel, une certaine image de lui-même s'accomplit et se réalise. De même, les artistes romantiques, vivant une période historique de limitation et de frein (s'opposant aux gloires du moment napoléonien)trouvent, dans l'imaginaire artistique, une issue aux bornes de leur vie concrète. Toulouse-Lautrec, infirme, crée un monde d'images de substitution. Ainsi, comme l'a écrit Freud « l'artiste est un introverti qui frise la névrose. Animé d'impulsions et de tendances extrêmement fortes, il voudrait conquérir honneurs, puissance, richesses, gloire et amour des femmes. Mais les moyens lui manquent de seprocurer ces satisfactions. C'est pourquoi, comme tout homme insatisfait, il se détourne de la réalité et concentre tout son intérêt, et aussi sa libido, sur les désirs créés par sa vie Imaginative » (Freud, Introduction à la psychanalyse, p. 354, Payot).
Notons qu'ici le besoin de créer des œuvres d'art s'enracine dans des mécanismes et des désirs inconscients qui expliqueraient la productionsupérieure du Beau. Encore que tout ne soit pas entièrement faux dans ce schéma, on remarquera qu'il n'explique pas grand chose dans la production de l'œuvre d'art elle-même au sens spécifique du terme, comme extériorisation du Beau dans une forme sensible et concrète. A voir dans la production de l'œuvre d'art le fruit du besoin insatisfait, on laisse tout échapper du Beau en lui-même. Car,...
tracking img