Quel interet a la victoire dans le salut

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1052 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Montrez quel intérêt présente le chapitre «  la Victoire » dans l'ensemble du Salut .

Le Salut est un des trois tomes des Mémoires de Guerre écrites par De Gaulle, publié en 1959. Nous allons nous intéresser au chapitre de la Victoire et nous demander quelle est sa place dans le Salut. Pour cela nous verrons dans un premier temps quelle image de la France et de lui-même donne De Gaulle puis,nous analyserons les relations entre la France et les alliés.

De Gaulle est avant tout un chef militaire, par exemple, lorsqu'il parle de l'Alsace. On voit comment, en novembre 1944, l'armée française à progresser en Alsace. L'armée française est courageuse, prête a affronter la Gestapo d'Himmler, pour sauver les siens, elle est prête à se sacrifier . De Gaulle est très fier; «Le 23novembre, s'achève un des épisodes les plus brillants de notre histoire militaire », il parle d'une « réussite parfaite »
On retrouve aussi l'homme de conviction, qui sait ce qu'il veut, qui ne lâche pas prise ( comme chez Staline), en effet De Gaulle veut reprendre Strasbourg coute que coute, la ville de Strasbourg a une valeur symbolique pour les français, «ce serait un désastre national » deconcevoir un nouvel échange, en effet, l'Alsace et Strasbourg furent perdus suite à la défaite de Sedan en 1870, récupérés en 1918 et à nouveau annexés par le IIIème Reich. Un retrait des troupes en Alsace serait très couteux pour le moral des français. Finalement, l'Alsace reconquise est « vibrante de patriotisme » comme toute la France. La France retrouve son unité, elle retrouve l'Alsace qu'ellen'aurait pas pu abandonner, elle n'aurait pas pu la trahir.
Comme dans les chapitres précédents, on retrouve un De Gaulle ferme, combatif et patriote; il n'est pas question d''abandonner Strasbourg. Cet épisode illustre aussi la grandeur et la gloire légitime de De Gaulle, « il était temps que j'intervienne » déclare-t-il, en effet De Gaulle arrive toujours au bon moment, c'est un homme providentiel.On découvre aussi que l'aide des alliés a été primordial pour reprendre Colmar, d'ailleurs, des cérémonies religieuses auront lieux à Strasbourg et à Colmar ou De Gaulle décorera les généraux américains. Aussi, les alliés ne décident pas sans la France, en effet l'armée française va participer à l'avancer en Allemagne, elle à un rôle à jouer, la France à sa place parmi les alliés, elle participeà la capitulation, là l'occupation et à l'administration du Reich. Encore une fois, De Gaulle met en valeur la France, l'armée française.
La victoire est un récit rigoureux, avec beaucoup de détails, De Gaulle date parfois les évènements avec beaucoup de précisions, comme dans le reste de l'œuvre. Encore une fois, dans cette section, on retrouve un De Gaulle omniprésent, omnipotent,d'ailleurs, dès la première page de La Victoire, on a le pronom « je ». Le récit de La Victoire, ressemble à un épopée, De Gaulle est un chef militaire, il aime les combats et les succès.

C'est donc une grande victoire militaire, telle est la version de De Gaulle sur un sujet qui aurait pu être tragique, cependant la France a du faire face a beaucoup de difficultés;
Tout d'abord, selon les alliés, laFrance n'a pas sa place sur le front allemand, mais en bon homme de convictions, il n'est pas question pour De Gaulle de se plier aux vouloirs des alliés. La France veut marquer son empreinte sur le front allemand pour peser après la guerre. Il existe une véritable concurrence entre la France et les États-Unis, les alliés demandent aux français d'évacuer Stuttgart. Mais De Gaulle ne cède pas;«Les Français restent à Stuttgart »
De Gaulle veut montrer que la France à sa place, a son rôle à jouer, comme s'il voulait prouver aux alliés qu'il était capable. De Gaulle est heureux des futurs combats, en Indochine, il veut montrer aux malveillants alliés (surtout aux américains), que la France compte parmi les belligérants.  « Le sang français serait un titre imposant dans les négociations »...
tracking img