Quelle est la condition des femmes au 1950

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1444 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La condition des ouvrières depuis 1850
jusqu'à la fin des "golden sixties"
Page réalisée à partir du travail de Lydie Pirson

Introduction

A plus d'un égard, le statut de la femme du 19e siècle est proche de celui de l'enfant ou de l'adolescent prolétaire: elle est surexploitée, condamnée à un travail non qualifié et souvent sous-payé; de plus, elle dépend étroitement de l'ouvrier adulte.Aussi n'est-il pas nécessaire de lui donner une formation professionnelle: ou bien elle exerce un travail non qualifié excluant toute formation, ou bien elle travaille à domicile et sa formation se confond alors le plus souvent avec son éducation familiale. Cependant, l'ouvrière n'est pas seulement prolétaire, elle est aussi femme, épouse ou concubine, mère, donc le personnage central de lafamille.

Pour les ouvriers, la femme doit d'autant plus rester au foyer que lorsqu'elle entre à l'atelier, c'est comme concurrente de l'homme. Si la misère engendrée par la question sociale rend aux moments de crise le travail obligatoire pour tous, dès que ce n'est plus indispensable, elle est renvoyée chez elle. Main d'oeuvre d'appoint, sans réelle compétence professionnelle, elle sera aussi lapremière licenciée, Victimes à la fois du capitalisme et du sexisme, qui se renforcent l'un l'autre, les ouvrières du 19e siècle auront beaucoup de mal à faire entendre leur voix sur la scène sociale. Elles n'y parviendront qu'au début du 20e siècle, grâce à leurs luttes.

1 Le travail des ouvrières

Le travail industriel des femmes n'est pas né au 19e siècle.
Au moyen âge, les femmes aidentsouvent leur mari à l'atelier. Dès cette époque, les femmes sont souvent utilisées dans le textile, le vêtement et les métiers qui s'y rapportent, l'accès à la maîtrise leur est pratiquement fermé et les hommes, notamment en cas de crise, contestent, par pétitions et parfois par grèves, leur droit au travail indépendant.
Inversement, le travail féminin du 19e siècle ne se réduit pas à celui del'ouvrière. La France est encore un pays rural, et la femme au travail est d'abord la paysanne. Lorsqu'elle quitte la terre, c'est souvent pour devenir domestique et non ouvrière. C'est souvent un choix; la jeune fille fuit la promiscuité de l'usine, les harcèlements de tout genre auxquels elle est soumise. Le risque existe aussi dans les maisons bourgeoises ou nobles mais tant qu'à êtrebrutalisées, autant l'être dans le lit du maître que sur le sol de l'atelier.
Vers la fin du siècle, la proportion des domestiques tend à baisser, mais celle des institutrices et des employées augmente. Les administrations, les grands magasins seront l'objectif de bien des jeunes femmes mais ces emplois supposent déjà l'instruction et donc ne seront accessibles au 19es qu'à une toute petite minorité.L'ouvrière n'est toutefois pas facilement acceptée dans le milieu de travail; elle y est seule, loin du maître, de son père ou de son mari, indépendante en un mot, même si les conditions de travail abrutissantes ne lui laissent guère d'occasion d'exercer son indépendance.

Le premier grand secteur d'emploi féminin au 19e siècle est toujours l'industrie textile. Les premières manufactures textilesembauchèrent massivement des femmes. Elles trouvèrent là une main-d'œuvre moins coûteuse et plus docile que les compagnons traditionnels. Au départ, les premières tâches mécanisées furent celles qui étaient traditionnellement dévolues aux femmes, aidées par les enfants -. la filature et les travaux élémentaires comme le bobinage et le cardage. Privés de leur travail familiale par cetteconcurrence, femmes et enfants durent prendre le chemin de la manufacture, où leur furent confiées les mêmes activités, mais mécanisées et encadrées par des hommes. Les femmes furent, de plus, chargées de travaux traditionnellement masculins que la mécanisation leur rendait accessibles en exigeant moins de force physique, comme le moulinage de la soie et même le tissage.
Ces femmes travaillaient souvent...
tracking img