Quelle est la place du rire et du comique dans la pièce?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1239 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partir évidemment de la phrase de Nell (31) “Rien n’est plus drôle que le malheur...” D’emblée quelque chose est attaqué par ce personnage pourtant si peu cruel : le rire qui fait oublier la fatigue, la souffrance, le malheur, le rire que tout une tradition met du côté du divertissement, de l’échappée provisoire mais nécessaire aux tracas et tourments de la vie.

1/UNE PLACEIMPORTANTE :

a) avec des personnages qui rient :

*nous avons

- le rire bref de Clov dans la première didascalie. Rire identique pour l’horizon et pour des poubelles (occupées mais on ne le sait d'abord).

-le rire /gloussement de Nagg à l’écoute de la souffrance de Hamm.31

-N & N rient de leur propre malheur : l’accident en tandem, la perte de leur guibolles.-le rire à l’occasion de l’histoire du tailleur : elle faillit coûter la vie à Nell (selon Nagg); elle provoque encore un rire forcé (répété) chez Nagg 36; une anecdote voisine est rapportée par Hamm 83 lors du premier tour du monde en fauteuil à roulettes: on s’amusa au début puis vint l’habitude.

Mais le rire ne déride guère et dans cet univers qui se défait lentement, le rirelui même perd de sa puissance : on vient de le voir avec les rires forcés et à deux reprises les deux personnages principaux renoncent à rire :
-le gag du téléphone 23 : ils ne tiennent pas à rire - après réflexion.
-le comique de la proposition faite par Hamm au père de Clov : jardinier dans un monde où rien ne pousse...Clov rit ; Hamm lui demande pourquoi et propose plusieurs raisons. L’un etl’autre ne peuvent plus pouffer aujourd’hui...80.

Le rire a moins de place. On pourrait dire : il n’y a plus de rire. Hamm citant très lointenaiement LA TEMPÊTE de SHAKESPEARE s’écrie : “FINIE LA RIGOLADE”!

b) un rire aux FORMES nombreuses et variées : POUR MÉMOIRE.

- comique de geste : comique visuel appelé burlesque quand on pense au cinéma muet américain ; ilrelève aussi de la farce, du cirque (on pense au clown blanc et à l’Auguste, à leurs rapports souvent tendus : le clown blanc domine, commande, se veut supérieur, l’Auguste fait les sottises - mais Beckett les affectent tous deux de la couleur rouge...). Les exemples de gags “burlesque” abondent :

-Clov et l’escabeau ; Clov semblant découvrir les fenêtres au début de la didascalie initiale; Clovet la lunette; les demandes infantiles de Nagg; le jeu lui aussi infantile de Hamm avec son chien; l’obsession du centre pour Hamm;Clov se trompant de fenêtre etc.

- comique de mots parfois digne de l’almanach Vermot*:

- homophonie : ouie/oui 29
-jeu de mots sur éteinte (Pegg et lampe 58); avec “il marche” 67; laisser tomber aux sens propre et figuré 77
-une histoire drôle, celle dutailleur.
-le très profond coite et coït

-comique de situation surtout dû à l’inversion qui joue un rôle fondamental dans l’esthétique carnavalesque de Beckett (carnaval de Carème) :
-un tyran à la merci de son serviteur;
-les vieillards redevenus nourrissons.

c) un aspect du rire, du sourire doit être mis en exergue : le rapport à l’héritage culturel et littéraire. cf courssur références et citations.

- beaucoup de réécritures de proverbes :il n’y a plus de vieillesse, si vieillesse savait;pleurer pour ne pas rire 89;
- détournement de phrases de la Bible, de Descartes, de Shakespeare.

-jeu avec la tradition théâtrale : refus de l’action ( avec des nuances cf mon cours), fin ouverte, fin annoncée au début, didascalies surdéveloppées etc..
-dimensionsatirique du portrait de Hamm en écrivain.Petite scatologie de l’inspiration réduite à "pousse"... 80

Ce qui frappe : la quantité de comique repose sur une hétérogénéité des formes et des qualités (grossier et subtil).

2)UNE PLACE TOUT DE MÊME ÉTONNANTE DANS UN UNIVERS AUSSI NOIR:



=> pour le noir je vous fais confiance. Quelques mots suffisent.

a) il existe...
tracking img