Quelle place pour le travail dans nos sociétés contemporaines ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1984 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelle place pour le travail dans nos sociétés contemporaines ?

La place du travail dans nos sociétés contemporaines reste centrale, en témoigne la forte présence de ce thème dans le discours des hommes politiques depuis quelques années, pour « réhabiliter la valeur travail » ou lutter contre le chômage. De nos jours cependant, le travail présente un caractère fondamentalement pluriel, dans uncontexte de complexification et de mutabilités croissantes du monde du travail. Le travail désignait à l’origine une activité encadrée et pénible (du latin tripalium, un instrument de torture). Mais le travail désigne également l’activité par laquelle les hommes produisent leurs richesses. En ce sens, il est bien une valeur, voire l’activité productrice de valeur. Le statut du travail est doncune question centrale pour nos sociétés occidentales, parce qu’il en constitue l’une de leurs dimensions essentielles. Cependant est récemment apparu le thème de la souffrance au travail, traduisant un certain malaise au sein des salariés et de la société. Ceci traduit également la difficulté à passer à une autre société où le travail ne constituerait peut-être plus une valeur centrale. Peut-on pourautant parler de la fin du travail dans une société toute entière fondée sur cette notion ? Ainsi si le travail demeure une valeur au cœur de notre société contemporaine, sa remise en cause actuelle oblige à en considérer la refondation en profondeur.

Le travail a en effet progressivement été valorisé comme une composante essentielle de l’identité sociale, une valeur fondatrice dans nossociétés contemporaines. Le rapport de l’individu au travail s’est redéfini en fonction des évolutions générales de la société. Le travail constitue une valeur d’apparition récente, ce n’est que vers le milieu du XIXe siècle avec la Révolution industrielle qu’il devient une valeur centrale de la vie sociale. C’est grâce au travail que le travailleur peut acquérir un salaire, et donc un moyen desubsistance et une autonomie. C’est également au travail que se rattachent les droits sociaux. Plus encore qu’une activité individuelle, le travail est ainsi devenu le rapport social qui structure la société toute entière. Cependant, depuis la crise des années 1970, l’apparition d’un chômage de masse structurel et le développement de l’emploi précaire ont remis en question le modèle traditionnel de relationsalariale. Dans un contexte marqué par la multiplication des mutations technologiques et la flexibilité croissante du marché du travail, le travail devient une notion plurielle et évolutive avec une diversification croissante des formes d’activité. Le développement du temps partiel et des contrats à durée déterminée, l’essor général du secteur tertiaire et de l’économie immatérielle, labanalisation des contrats à durée déterminée tendent à atténuer les frontières entre emploi et inactivité. Le contrat de travail à durée indéterminée et à plein temps qui représentait encore la norme au début des années 1980 ne concerne plus qu’un nombre limité de salariés, environ 40%. Se développe ainsi un secteur secondaire du marché de l’emploi fondé sur la précarité et l’absence de reconnaissancesociale (faible rémunération, emplois parfois sous-qualifiés). Cette tendance ne peut que se renforcer dans les prochaines années. Ces évolutions s’accompagnent de changements plus qualitatifs transformant en profondeur la notion même de travail. Les nouvelles technologies ainsi que la fragmentation et la flexibilité croissantes des horaires insistant davantage sur l’adaptabilité et la mobilitéfonctionnelle et géographique. De plus, le développement du travail à distance et l’accroissement de la flexibilité horaire ont contribué à atténuer la séparation habituelle entre vie privée et vie professionnelle.
Cependant le développement du chômage de masse met aujourd’hui la question du travail au premier plan dans la société. La rémunération demeure encore aujourd’hui le principal critère...
tracking img