Quelles images le roman de laclos, les liaisons dangereuses, donne-t-il de l'éducation des femmes au xviii° siècle ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (787 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En 1782, Laclos publie son roman épistolaire Les Liaisons dangereuses. En plein siècle des Lumières et peu avant la Révolution, il aborde dans son roman la question de l'éducation des femmes. Quellesimages critiques en donne-t-il ? Nous verrons qu'après avoir écarté l'éducation religieuse et l'éducation libertine, Laclos propose l'éducation par la littérature.

Tout d'abord, à travers lespersonnages de Cécile de Volanges et de Madame de Tourvel, l'auteur expose l'éducation religieuse des femmes du XVIII° siècle.
En effet, la jeune Cécile sort du couvent à l'âge de quinze ans où elle apassé plusieurs années, comme il était d'usage dans l'aristocratie. Mais elle n'a pas reçu de véritable éducation : elle n'a aucun savoir scientifique ou littéraire, sa formation s'est limitée à sonfutur rôle d'épouse et à la prière. La jeune Volanges est donc restée naïve et puérile, telle une très jeune enfant. Sa candeur est flagrante dans les premières lettres du roman qu'elle adresse àSophie Carnay, son amie restée au couvent, ponctuées d'expressions maladroites et enfantines : elle exprime ses émotions primaires grâce à l'interjection « oh ! » ou « ah » et n'utilise qu'un seul adverbepour renforcer ou exagérer, « bien ». Cécile découvre subitement un monde inconnu dans lequel elle n'a aucun repère ; le mileu mondain. Elle ignore même ce qu'est un homme, d'où le quiproquo avec lecordonnier dans la première partie. De plus, elle n'a aucune intimité avec sa mère, ce qui la rend plus vulnérable encore : Madame de Merteuil se substituera à son rôle, précipitant la jeune ingénuedans son piège.
Madame de Tourvel est également un exemple des lacunes de cette éducation. Dévote et très vertueuse, elle est rongée de remords lorsqu'elle succombe à Valmont et pèche parl'infidélité. Sa bonté naturelle, entretenue par la religion, la rend cependant vulnérable et naïve : elle ne doute pas de la franchise des gens qui l'entourent, et surtout pas de celle du Vicomte, ce qui la...
tracking img