Quelles nouvelles missions pour les banques centrales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1748 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelles nouvelles missions pour les banques centrales après la crise financière ?

La crise financière qui a débuté en août 2007 a mis en exergue la nécessité de redéfinir un nouveau cadre d’action pour les banques centrales. En effet, le modèle de central banking qui prévalait jusqu’alors s’est retrouvé fragilisé. Avant la crise, prévalait notamment un consensus selon lequel la stabilité desprix, notamment via un ciblage d’inflation, constituait l’objectif majeur, pour ne pas dire unique, des banques centrales. L’action des banques centrales s’orientait alors en priorité vers cet objectif. La crise financière a générée une remise en cause de ce consensus. Les outils traditionnels des banques centrales se sont révélés limités et il a fallu recourir à des instruments non conventionnelstels que le quantitative ou le credit easing. Au-delà de la seule question des outils aux mains des banques centrales, apparaît ainsi la problématique du rôle, des missions, des objectifs des banques centrales. Quelles leçons les banques centrales peuvent-elles tirer de la crise financière ? Serait-il pertinent de leur assigner de nouvelles missions, notamment en incluant, comme objectif à partentière, la stabilité financière ? Quelle influence, quelles conséquences cela pourrait-il engendrer ?

I/ La crise a remis en question le rôle et les missions traditionnels des banques centrales

1) L’objectif traditionnel de stabilité des prix adopté comme mission fondamentale des banques centrales s’est révélé insuffisante à prévenir la crise voire même préjudiciable à la stabilitéfinancière

Avant la crise, prévalait l’idée selon laquelle la politique économique devait reposée sur des règles monétaires appliquées par les banques centrales et des règles budgétaires respectées par les Etats, tout en faisant confiance à l’infaillibilité des marchés.
Dans ce cadre, les banques centrales avaient pour mission principale, depuis les années 1980, la stabilité des prix, notammenten luttant contre l’inflation. Ainsi, elles comptaient atteindre cet objectif via un ciblage d’inflation (compris entre 2 et 3 % dans les économies industrialisées), en appliquant la règle de Taylor. La politique de taux des banques centrales constituaient alors le principale outil afin d’assurer cette mission à moyen et long terme. Dans les années 1990 et 2000, cette politique monétaire s’étaitrévélée concluante avec une période d’inflation basse et stable, la Grande Modération. L’objectif de stabilité des prix était alors atteint.
La crise qui a débuté en août 2007 a remis en cause cette illusion de stabilité. Les critiques relatives au rôle des banques centrales dans le déclenchement de cette crise sont de deux ordres. D’une part, les banques centrales se seraient éloignées de la règlede Taylor en affichant des taux directeurs inférieurs à ceux qu’ils auraient dû être. D’autre part, l’objectif même de stabilité monétaire se serait avéré préjudiciable, en modifiant le comportement des acteurs financiers face aux risques. Ceux-ci, et notamment les banques, auraient alors pris des risques démesurés. Ainsi, les banques centrales se sont avérées impuissante à prévenir la crise.Les banques centrales ont toutefois joué un rôle déterminant afin de lisser les effets de la crise. Dans un premier temps, elles ont usé de leurs instruments traditionnels, notamment en abaissant leur taux directeur à court terme. Cette solution a toutefois montré ses limites. Le canal du taux d’intérêt s’est retrouvé bloqué une fois qu’ont atteints des taux directeurs proches de zéro. µLe canal ducrédit s’est, quant à lui, trouvé bloqué notamment en raison de la perte de confiance sur les marchés interbancaires. Les banques centrales sont alors intervenus par le biais de mesures non-conventionnelles telles que le quantitative ou le credit easing.
Ces interventions d’urgence des banques centrales traduisent leur volonté de maintenir la stabilité financière au sens étroit. Toutefois,...
tracking img