Quelles politique pour les morts dans la ville de douala?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4783 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
BIBLIOGRAPHIE

- LE MESSAGER DU 20 JANVIER 2010

- CAMEROUN ONLINE.COM

- BONABERI.COM

- DICTIONNAIRE DES LANGUES FRANCAISES

- CAMEROUN TRIBUNE DU 05 SEPTEMBRE 2008

- ANTHROPOLOGIEN ET PALEONTHOLOGIE.Univ-Lyon1.fr : MEMOIRE 2005 KAMDEM BENEDIKTA

PLAN

INTRODUCTION

I – MULTIPLICATION GEOGRAPHIQUE DES MORGUES

A- PRESENTATION DE LASITUATION ACTUELLE

1- INSUFFISANCES DE MORGUES

2- LES TRAFICS DANS LES MORGUES

3- LES CONSEQUENCES DU DELESTAGE DANS LES MORGUES

4 – BANALISATION DE LA MORT

B- PRECONISATIONS ENVISAGEES

1- UNE MORGUE POUR CHAQUE HOPITAL

2- DES GROUPES ELECTROGENES POUR TOUS

3-HOMMAGE ET RESPECT POUR LES DEFUNTS

II- POUR UNE MEILLEURE REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES LIEUX D’INHUMATION

A- PRESENTATION DE LA SITUATION ACTUELLE

1- LE CAVEAU DU BUSINESS

2- AFFAIRISME

3- UN VRAI SACRILEGE

B- PRECONISATIONS ENVISAGEES

1- VEILLER AU RESPECT SCRUPULEUX DE LA LOCALISATION GEOGRAPHIQUE

2- RESPECTDES NORMES ARCHITECTURALES

3- DES SOLUTIONS PAS TRES EN ACCORD AVEC NOS TRADITIONS FUNEBRES

III – POUR LE BON DEROULEMENT DES CEREMONIES FUNEBRES

A- PRESENTATION DE LA SITUATION ACTUELLE

1- DU DECES A LA MORGUE

2- DE L’INHUMATION A LA COLLATION

3- LE DÉROULEMENT DES FUNÉRAILLES

B- PRÉCONISATIONS ENVISAGÉES1- CRÉATION DES LIEUX DE CÉRÉMONIES FUNÈBRES

2- RENDRE HOMMAGE

CONCLUSION

INTRODUCTION

De façon générale, la politique renvoi à l’art et la manière de gérer les différents problèmes dans un Etat. Ainsi la politique désigne les programmes, les décisions, les actions imputables aux autorités politiques, l’ensemble des régulations qui assurent l’unité etla pérennité d’une communauté sociale. De ce fait, à travers le thème ‘‘Quelle politique pour les morts dans la ville de Douala ?’’ on sous entend les moyens, les institutions mises en place par l’Etat en ce qui concerne les morts dans la ville de Douala. Mais aussi il s’agit de voir comment est géré tout ce processus, du décès d’un individu jusqu'à son inhumation, le rôle non seulement desgouvernants, mais aussi celui des gouvernés ; du peuple, car la politique c’est aussi « le gouvernement du peuple par le peuple… ». Il s’agira donc ici de présenter le rôle joué par le peuple c'est-à-dire, la famille, les traditions etc. A la vue de ces éclaircissements, on en vient à se demander s’il existe réellement une institution chargée de la gestion des morts au Cameroun en général, et à Douala enparticulier. A la vue de l’anarchie qui règne dans les différents instituts qui ont un rôle à jouer dans ce domaine de la mort, la réponse nous parait évidente que il n’existe pas d’institution réellement définit en ce qui concerne la gestion des morts. Notre tâche sera donc de présenter clairement comment sont gérés les morts dans la ville de Douala, tout en faisant des propositions quand àl’amélioration de ce système politique.

En ce qui concerne les défunts dans la ville de Douala, allant de la mort jusqu'à l’inhumation les responsables selon chaque niveau varient d’une institution à l’autre, pourtant il devrait exister un service spécialement chargé de la gestion des morts, une sorte de préfectorat possédant une institution centralisée qui serait une sorte de Direction Générale oul’on viendrait payer les frais à la morgue, demander les autorisations d’inhumation etc. Ce service à son tour possèderait des institutions décentralisées dans chaque arrondissement de la ville pour faciliter la gestion de tous ses services et être plus proche des habitants. Ainsi dans ces institutions on trouverait tous les services qui s’occupent des morts.

I- POUR LA MULTIPLICATION...
tracking img