Quelles sont les conséquences du libéralisme économique au xixème siècle ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1223 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le libéralisme économique se manifeste par un « laissez faire ; laissez aller » du marché économique. Il ne faut pas que l’économie soit régulée ou entravée. Cette théorie débute en France au sein du mouvement physiocratique formé par François Quesnay, Turgot ou Vincent de Gournay. Ces auteurs luttent contre une forte intervention de l’Etat dans l’activité économique ; qui s’est par ailleursfortement développée sous le règne de Louis XIV et la naissance du mercantilisme industriel. L’Etat contrôlait l’industrie, l’agriculture par l’intermédiaire de fermes générales ou d’autres techniques. Cette forte présence étatique est également présente en Angleterre.
Après les différentes révolutions, telle la glorieuse révolution de 1689 ou la révolution française de 1789, ce mouvement libéral,proche des valeurs bourgeoises, se développe de manière accrue au XIXème siècle, en pleine expansion de la révolution dite industrielle. Il apporte un souffle de liberté et de « non limite ». De nouveaux auteurs comme Smith, Ricardo ou Say, en font une référence, une véritable idéologie économique.
On peut donc légitimement s’interroger sur les conséquences et les effets de ce libéralismeéconomique au XIXème siècle, en plein cœur d’une révolution industrielle naissante.
Dans une première partie, nous montrerons que le libéralisme permet le développement de l’économie de marché et qu’il apparaît comme un véritable tremplin pour la révolution industrielle. Dans une deuxième partie, nous soulignerons que cette thèse libérale, si essentielle pour l’économie, a généré la paupérisation de laclasse ouvrière et son exploitation.

I- Le libéralisme économique : Tremplin de la révolution industrielle et développement de l’économie de marché.

Le libéralisme économique se manifeste par un libre fonctionnement du marché puisque celui-ci, selon les libéraux, doit s’autoréguler, soit le principe que Smith appel la « main invisible ». L’Etat doit donc assurer des fonctions régaliennesminimales, telle la police, la justice ou l’enseignement. Cette idée est d’ailleurs déjà développée dans la DDHC du 26 Août 1789 qui définit l’Etat comme « le protecteur des libertés individuelles ».Aucune allusion sociale n’est faite. L’Etat apparaît minimaliste.
Par conséquent, l’Etat n’entraîne pas l’économie. Il n’existe pas de lois sociales, et tous les résidus d’une éventuelle interventionétatique sont supprimés. Par exemple, le décret d’Allarde de 1791 supprime le système des corporations.
De plus, des efforts sont faits pour libéraliser l’économie, comme le démontre une loi française de 1867 autorisant les sociétés anonymes.
Au XIXème siècle, la révolution industrielle connaît ses débuts. Les nouvelles techniques, telle la vapeur (J.Watt) ou la coke, favorisent ledéveloppement massif de l’industrie, permis préalablement par une révolution agricole.
Dans un contexte aussi libéral, sans lois sociales et interventions, les industries se développent. Elles peuvent en effet exploiter le capital humain, d’autant plus que la croissance démographique croit plus vite que l’industrie.
Les profits sont donc importants et surtout ils sont rapides. Ce marché libéral est uncatalyseur qui permet aux entreprises de faire du profit, puis de le réinvestir.

Malgré un protectionnisme conséquent, le libéralisme économique se traduit progressivement par l’ouverture des marchés vers l’extérieure. Cela revient à l’application de la division internationale du travail d’Adam Smith qui encourage les pays à échanger entre eux.
L’Angleterre et la France signent les premiers letraité de libre échange en 1860 ; cependant le plus bel exemple demeure celui du zollverein allemand créé en 1834, qui se manifeste par la création d’une union douanière. Ces échanges internationaux supportent un souffle, un nouveau départ à la révolution industrielle : ils dynamisent l’économie. Ce commerce international est également favorisé par un système monétaire stable. Il faut néanmoins...