Quelques remarques introductives autour du pouvoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1155 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PARTIE II

Quelques remarques introductives autour du pouvoir

Le pouvoir dans le langage courant

* « Le pouvoir »
* « Avoir le pouvoir »
* « Avoir du pouvoir sur quelqu’un » dans le cadre d’une relation et/ou intéraction

« Le pouvoir est toute chance de faire triompher, dans une relation sociale, sa propre volonté, même contre des résistances ; peu importe sur quoi reposecette chance » (Max Weber, Economie et société, p. 95)

Pouvoir d’injonction ou pouvoir d’influence ?

Pouvoir d’injonction : X détient un pouvoir de sanction (ou de coercition) sur Y

Existe-t-il une seule forme de coercition ?

* Sanction de fait (due à une inégalité de pouvoir)
* Sanction juridique
* Sanction morale

Pouvoir d’influence : X est désireux d’obtenir de Bcertains comportements moyennant des avantages attractifs (par la persuasion ; par l’autorité légitime)
1. La science politique comme science du pouvoir : qu’est-ce que le pouvoir ?

* Concept polysémique et multidimensionnel 
* Réseaux conceptuel avec d’autres notions, telles que coercition, influence, manipulation, autorité, force, persuasion, contrainte, domination;
* Diversitédes lieux d’exercice du pouvoir (Etat, famille, associations, Eglises, etc.);
* Diversité des moyens et des ressources du pouvoir (asymétrie des ressources, échanges inégaux, etc.)

2.1. Quelques distinctions conceptuelles

* Pouvoir sur vs. Pouvoir de
* Pouvoir institutionnel vs. Pouvoir relationnel
* Pouvoir potentiel vs. Pouvoir effectif

2.2. Du pouvoir aupouvoir politique

* Pouvoir comme action directe ou décision 

« A exerce un pouvoir sur B dans la mesure où il obtient de B une action que ce dernier n'aurait pas effectuée autrement » (Robert Dahl, Qui gouverne ?, 1973)

* Pouvoir comme contrôle sur l’agenda politique

« Le pouvoir s’exerce quand A consacre ses forces à créer ou renforcer les valeurs sociales et politiques ainsi queles pratiques institutionnelles qui restreignent le processus politique aux seules questions qui sont relativement peu nuisibles à A » (Bachrach et Baratz, Two Faces of Power, 1962).

* Pouvoir comme contrôle

«  A exerce un pouvoir sur B [aussi] en influençant, façonnant ou déterminant son vouloir » (Steven Lukes, Power : A Radical View, 1974).

2.3. Qu’est-ce que la dominationlégitime ? La typologie de Max Weber

* Puissance (Macht) vs. domination (Herrshaft)

Puissance : « la puissance (le pouvoir) est toute chance de faire triompher, dans une relation sociale, sa propre volonté, même contre des résistances ; peu importe sur quoi repose cette chance » (Max Weber, Economie et société)

Domination : « la chance [d’un groupe] de trouver obéissance de la part d’ungroupe déterminé d’individus. […] Toute domination comporte un minimum de volonté d’obéir, par conséquent un intérêt […] d’obéir » (Max Weber, Economie et société)

Pourquoi obéit-on au pouvoir ? De l’injonction de fait à la règle de droit…

* La domination légitime

* Légitimité charismatique : reposant sur la soumission extraordinaire au caractère sacré, à la vertu héroïque ou à lavaleur exemplaire d’une personne (domination charismatique)

* Légitimité traditionnelle : reposant sur la croyance en la sainteté de traditions valables en tout temps et en la légitimité de ceux qui sont appelés à exercer l’autorité par ces moyens (domination traditionnelle)

* Légitimité rationnelle : croyance en la légalité des règlements arrêtés et du droit de donner des directivesqu’ont ceux qui sont appelés à exercer la domination par ces moyens (domination légale)

La croyance en la légitimité de la domination est le facteur décisif pour que le rapport de domination demeure durablement.

* La forme moderne de la domination légitime

Etat : « communauté humaine qui, dans les limites d’un territoire déterminé, revendique avec succès pour son propre compte...
tracking img