Quels sont les effets de la croissance sur l’emploi ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1947 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mettre en perspective le sujet
La formulation du sujet amène à faire l’inventaire des « effets » de la croissance sur l’emploi. Le terme « effets » peut renvoyer à une distinction entre effets positifs et effets négatifs, mais elle est peu adaptée au sujet. Si les effets de la croissance sur l’emploi sont plus ou moins positifs selon les conditions, parler d’effets négatifs risque d’amener dansune impasse (exemple de ceux qui font une partie sur une croissance économique qui provoquerait du chômage !).
Il vaut donc mieux ici essayer de distinguer les effets quantitatifs des effets qualitatifs, ou dit autrement, des effets sur le volume d’emploi et des effets sur la structure des emplois ou encore de distinguer les effets selon qu’ils opèrent à court terme ou à long terme.

I. Lacroissance a des effets sur le volume de l’emploi
Suivant la nature de la croissance, les effets de la croissance sur le volume de l’emploi sont contrastés même si globalement et sur le long terme, ce sont les effets positifs qui l’emportent (A). Toutefois, pour un niveau de croissance donné, les effets sur le volume de l’emploi sont d’ampleur variable : tout dépend du contenu de la croissance et dela capacité des pouvoirs publics à l’enrichir (B).
A. Les effets de la croissance sur le volume de l’emploi dépendent de la nature (des sources) de la croissance
1. La croissance de la production peut entraîner la croissance de l’utilisation du facteur travail ce qui génère des emplois (croissance extensive)
La croissance (extensive) reposant sur l’augmentation des facteurs de production, doncdu travail, permet la création d’emplois
Doc 1 : « Si l’on observe les courbes de la croissance et de l’emploi en France, le parallélisme est frappant » : corrélation forte entre croissance et emploi Doc 4 : Les années pour lesquelles la croissance est la plus forte (1998-2000) sont suivies des années pour lesquelles l’emploi progresse le plus (1999-2001)
La corrélation est plus ou moins forteselon que la croissance entraîne ou non une évolution de la combinaison productive. Lorsque la croissance conduit à une substitution du capital au travail, ses effets sur l’emploi sont plus limités et plus indirects.
2. La croissance de la production peut résulter de gains de productivité qui ont des effets plus contrastés sur le volume de l’emploi
-La croissance (intensive) reposant surl’augmentation de la productivité a des effets directs et sur le plan microéconomique neutres ou négatifs sur l’emploi. Si les gains de productivité conduisent à produire plus avec moins de facteurs de production, les effets sont négatifs sur l’emploi (progrès technique destructeur d’emplois à court terme). Si les gains de productivité conduisent à produire plus avec autant de facteurs de production, leseffets sur l’emploi sont neutres.
Les gains de productivité conduisent directement à la suppression d’emplois (localement, à court terme) Doc 3
Situation des Etats-Unis en 2004 où l’importance des gains de productivité (4,2%) limite la création d’emplois. Doc 2
Situation de la France en 2004 où la croissance (2,1%) est sans effet sur l’emploi (0%) car elle repose entièrement sur les gains deproductivité (2,1%) doc 4
-Mais la croissance intensive a aussi des effets positifs sur l’emploi, certes indirects et sur le plan macroéconomique, par le mécanisme de répartition des gains de productivité. C’est cette tendance qui l’emporte sur le long terme comme l’ont montré Sauvy et Fourastié
La répartition des gains de productivité a des effets sur l’emploi par l’intermédiaire de la hausse dela demande qu’ils induisent.
L’augmentation des profits favorise le financement (interne) des investissements (FBCF). Doc 3
La baisse des prix améliore la compétitivité-prix donc le solde commercial (X-M) en favorisant les exportations et réduisant les importations. L’augmentation des prélèvements obligatoires favorise la dépense publique (distribution de prestations sociales, investissements...
tracking img