Quels sont les enjeux economiques et sociaux de la merchandisation de son image personelle ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1891 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : « Quels sont les enjeux économiques et sociaux de la merchandisation de son image personnelle ? »

Qui aurait pu prédire que la somme des informations personnelles de chacun pèserait un jour un marché de plusieurs milliards de dollars ?
Le succès que remporte ce nouveau type de commerce, qui consiste à valoriser et à échanger via internet des données personnelles de membres de réseauxsociaux, provoque à la fois engouements et inquiétudes.
Comment expliquer la formidable expansion de ce secteur ? A quels besoins répond-elle ? Est-elle toujours légitime d’un point de vue moral ou éthique ?
Si l’intérêt lucratif est ici clairement identifiable, sa légitimité morale est néanmoins plus contestable.

Le marché des informations personnelles : un commerce à forte rentabilité quiprend vie sur la toile…

Les Web 2.0 et 3.0 sont les innovations à l’origine de cette expansion. Ils incarnent une rupture avec l’internet traditionnel puisqu’ils permettent aux internautes d’être acteur de leur « cyber-vie ». Le but de cette opération est clairement affiché ; exploiter les informations à travers un pilote de ciblage commerciale (web 3.0).
Cette ruse mercatique qui invitel’internaute à se livrer davantage sur un plan intime afin d’en exploiter le contenu, est l’essence même de ce nouveau marché. Ces informations personnelles sont majoritairement récoltées par les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Meetic, etc. qui compte des dizaines de millions de membres à travers le monde, puis sont revendues à prix d’or à des publicitaires (régies ou autres).
Les recettesengendrées sont colossales ; Twitter à lui seul enregistre 820 millions de dollars de recettes publicitaires.
Par ailleurs, les taux de croissance extraordinaires enregistrés par ces réseaux sociaux (+270% de visiteurs en un an pour Facebook) ne font qu’exacerber leur attractivité, tant pour les internautes que pour les grands groupes internationaux, comme en témoignent les récentes prises departicipation de Microsoft et de Tom Group dans le capital de Facebook.
Ces sociétés sont pour la plupart très rentables, pour certaines cotées en bourse, et cela essentiellement grâce aux données personnelles fournies gratuitement par leurs membres qui ne se doutent pas que les informations confidentielles qu’ils livrent seront examinées et décortiquées afin d’en tirer profit.

… Et qui soulève desthématiques sociales et éthiques.

Outre les arguments en faveur du développement du marché des réseaux sociaux, qui sont principalement l’échange, la collaboration, et la cohésion sociale des membres, il est surtout question de ses limites et de sa légitimité morale.
En effet, le consommateur qui s’inscrit dans un réseau social ne se doute pas que les informations personnelles qu’il révèleferont l’objet d’une étude approfondie afin de mieux cibler la publicité qui lui sera imposée. De même, comment peut-il être sûr que ces informations seront conservées de manière sécurisée ? Et s’il était victime d’une usurpation d’identité ou d’une atteinte au droit à l’image, de quel recours disposerait-il ?
En effet, la législation comporte de nombreuses carences dans ce domaine. C’est ainsi queces dernières années, de plus en plus d’entreprises spécialisées proposent à d’anciens membres de réseaux sociaux qui par exemple ne parviennent pas à se débarrasser de photos indésirables, de les aider à blanchir leur « cyber-réputation ». Ce moyen constitue leur unique recours, désarmés face au poids des réseaux sociaux et leur manque d’encadrement juridique.

En conclusion, les mutationsopérées dans l’usage de l’internet ont été favorables au développement des réseaux sociaux. L’exploitation des informations personnelles de leurs membres leur permet de réaliser d’importantes recettes publicitaires. Cependant, cette tendance soulève aussi des questions éthiques et révèle les défaillances, voire l’inexistence, d’une législation adaptée.


TULOUP Jean
Em Lyon, devoir n°2...
tracking img