Querelle des anciens et des modernes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (798 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Querelle des Anciens et des Modernes

Définition:

La querelle des Classiques et des Modernes oppose deux courants :
-les Classiques ou Anciens menés par Boileau, soutenaient une conception dela création littéraire comme imitation des auteurs de l’Antiquité. Cette thèse était fondée sur l’idée que l’Antiquité grecque et romaine avait atteint une fois pour toutes la perfection artistique.-les Modernes, représentés par Charles Perrault, qui soutenait le mérite des auteurs du siècle de Louis XIV, affirmaient au contraire que les auteurs de l’Antiquité n’étaient pas indépassables, et quela création littéraire devait innover. Ils recommandaient une littérature adaptée à l’époque contemporaine et des formes artistiques nouvelles.

Origines de la Querelle:

La querelle des Ancienset des Modernes ou querelle des Classiques et des Modernes est une polémique née à l’Académie française et qui agita le monde littéraire et artistique de la fin du XVIIe siècle.L’humanisme se diviseau XVIIe siècle en deux courants qui séparent l’imitation réglée des chefs d’œuvres antiques de l’innovation.Une première querelle italienne des Classiques et des Modernes éclate sous la Renaissance.Cette querelle italienne annonce la querelle française tout en étant différente. La comparaison entre Antiquité et Modernité est pour eux une condition de la liberté d’esprit. La Querelle française enrevanche est le fait d’hommes de lettres qui ont les yeux fixés sur leur roi. Au cœur de leur débat, on n’est pas surpris de reconnaître qu’ils rivalisent à qui détient la meilleure méthode de louerleur roi. En France, de 1653 à 1674 les partisans d’un merveilleux moderne se singularisent contre les « Anciens ». En 1677, c’est leur première victoire, lorsque après le débat sur l’affaire desinscriptions, il est décidé que les monuments du règne seraient gravés en français (et non plus en latin). Les deux partis sont alors constitués : d’un côté, les doctes (clergé académie) qui prônent le...
tracking img