Querelle des investitures: le concordat de worms (1122)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1039 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Trinquier! Axel!

! Commentaire: La fin de la querelle des investitures: le concordat de Worms de 1122.! !

! HISTOIRE DES INSTITUTIONS: TD N°7! ! !

Ce texte est un extrait du Concordat de Worms, datant de 1122, de nature diplomatique. Tout d'abord, en rédigeant les Dictatus Papae - compilation canonique de 27 préceptes le pape Grégoire VII cherche à se concéder de plus amples pouvoirspolitiques, doctrinaires et judiciaires.! En effet, c'est désormais le pape en personne et non les princes qui nomme et révoque les évêques. Dans le déni total de cet écrit, l'empereur du Saint-Empire Romain Germanique, Henri IV provoque Grégoire VII et continue à nommer les évêques. Ce dernier sera excommunier par le pape, le conflit s'atténuera mais se poursuivra malgré tout entre le pape Céleste etHenri V. ! On appelle "Querelle des investitures", un conflit qui se veut à la fois politique -car celui qui jouit du pouvoir de nomination des évêques s'assure la fidélité de ces derniers -et également un conflit idéologique- cette querelle oppose deux conceptions de la relation qui préexiste entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel-. L'enjeu consiste avant tout à transférer la fidélité duClergé soumis à l'empereur vers le Pape, afin que l'Eglise se dote d'une structure hiérarchique consolidée, au sommet de laquelle se tient le Pape.! L'autorité du pape prime alors sur celle de l'empereur. La fin de la mainmise du pouvoir temporel sur le pouvoir spirituel détenu par le siège pontifical de Rome. Or, la "querelle des investitures" prend fin en 1122 avec le Concordat de Worms signé entreHenri V et le Pape Céleste II. Ce concordat consacre alors la fin du protectorat impérial sur l'Eglise romaine puisque le roi concède l'investiture à l'Eglise. Ce concordat subordonne également le pouvoir temporel au pouvoir spirituel.! Il convient donc de soulever l'interrogation suivante: De quel manière le Concordat de Worms met-il fin à la querelle des investitures et quels sont les impacts surles relations entre la papauté et l'empire germanique ?! De cette analyse ressort deux composantes essentielles: d'une part, le consensus entre Henri IV et le pape Calixte (I), et d'autre part, d'aborder l'acte en lui-même qui met fin à la querelle des investitures (II).!

! I. !

Un accord commun et des concessions réciproques!

Dans un premier temps, il convient de voir les concessionsaccordés par l'empereur (A) et dans un second temps, de voir le retour positif du Pape Calixte (B).!

! A. Le geste matériel et politique de l'empereur! !

• L'acte de l'empereur est un acte pour et au nom de Dieu "par la grâce de Dieu" (l.1) (l.2) (l.2-3)! • L'empereur Henri V restitue la fonction de l'investiture des évêques à l'Eglise "j'abandonne [...] à la sainte Eglise catholique touteinvestiture" (l.3-4)! • Le pape retrouve sa liberté de pouvoir d'élection et de consécration libre "je promet [...] libres" (l.4-5)!

• L'empereur restitue tous les biens et les fonctions régaliennes des évêques à l'Eglise "Je restitue à la sainte Eglise [...] Je m'emploierai fidèlement pour qu'ils soient restitués" (l. 4-8).!

!

Cet accord entre le pape et l'empereur germain, contribue aux deuxparties à se concéder réciproquement des privilèges.!

! B. La réciprocité du pape Calixte! !

• Le Pape autorise l'empereur à avoir un droit de regard sur les élections des évêques et des abbés "Je vous accorde à mon cher Henri [...] auront lieu en votre présence sans simonie et sans aucune violence" (l.14-16)! • Il désigne l'empereur comme arbitre en cas de désaccord entre les parties "s'ilélève [...] à la partie la plus digne" (l.16-18)! • Il légitime l'empereur comme détenteur des regalias, ce dernier les assignes aux élus "que l'élu [...] selon le droit" (l.18-19), L'élu des élections gérées par le pape, à des devoirs envers Henri V.!

!

Ce concordat est né d'un consensus entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel mettant fin à une période tendue du milieu XIe au...