Question corpus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1010 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Question sur corpus (Molière, Marivaux, Strindberg, Sartre) - Proposition de correction

De quelles façons ces quatre extraits marquent-ils l’opposition entre les personnages ? Vous prendrez en compte les situations dans lesquelles ces oppositions s’inscrivent ainsi que les éléments stylistiques qui les soulignent.

Ces quatre textes sont extraits de pièces de théâtre de genres et d’époquesdifférents. Il s’agit dans tous les extraits de scènes de conflit entre deux personnages, mais les situations et les moyens utilisés pour marquer l’opposition entre eux varient d’un texte à l’autre.
On remarque d’emblée que les textes A et C présentent un thème commun : la dispute amoureuse ou conjugale. Les personnages mis en oppositions sont un homme et une femme, couple d’amants chez Molière,époux chez Strindberg. Mais l’enjeu du conflit est très différent dans les deux pièces. Dans le Dépit amoureux, un quiproquo mène les deux amants au bord de la rupture, mais le sentiment amoureux triomphe et dénoue finalement la querelle. Les procédés qui marquent l’opposition entre les personnages sont propres à la comédie : la vivacité des échanges est ainsi soulignée par la stichomythie des vers15 à 20. Le conflit s’exprime par la négation, employée par Eraste comme par Lucile pour rejeter la faute sur l’autre : « non, votre cœur, Eraste… »/ « non, Lucile… ». Les personnages restant dans le déni, le malentendu n’est pas levé et la rupture est prononcée par Lucile (« nous rompons »). Mais cette rupture n’est voulue par aucun des deux personnages et le désarroi qui fait suite à cetteannonce s’exprime dans des phrases interrogatives (« oui, vraiment, quoi ? n’en est-ce pas fait ? »). Eraste renonce au combat et implore un pardon que Lucile semble lui accorder assez volontiers.
Dans Père, le conflit est beaucoup plus violent et ne laisse aucune place au sentiment amoureux. Les époux s’opposent au sujet de l’éducation de leur fille, mais il s’agit surtout d’un rapport de force quidébouche sur une rupture réelle. La dimension polémique de la scène apparaît notamment dans le rythme des répliques, très rapide, et dans le jeu de questions-réponses entre les personnages. De la ligne 1 à la ligne 5, le Capitaine domine l’échange, il énonce des vérités indubitables dans des assertions renforcées par les adverbes « naturellement » et « toujours ». Les interrogations de Laurasemblent lui donner un rôle secondaire, mais à partir de la ligne 6, elle renverse le rapport de force et utilise à son tour des affirmations, s’appuyant sur un argument juridique ( « un pouvoir légal » « le tribunal de tutelle »). Dans la suite de l’extrait, c’est le Capitaine qui pose des questions, trahissant sa colère et son impuissance. La violence des propos de Laura qui congédie avec froideurson mari ( « tu ne sers plus à rien ») rend caduque le recours à la parole, et le conflit s’exprime dès lors physiquement : les didascalies des lignes 13 à 21 indiquent que les armes de deux époux ne sont plus les mots, mais les gestes (« sortant une lettre », pour Laura, « se saisit de la lampe allumée et la jette » pour le Capitaine). Le conflit amoureux s’exprime donc en des termes assezdifférents dans les textes A et C.
Les textes B et D peuvent être rapprochés car ils présentent tous deux une dimension argumentative : ils opposent deux personnages masculins dont l’un cherche à exercer un pouvoir sur l’autre par la parole. Le désir de convaincre anime autant Trivelin et Arlequin dans la Double Inconstance, qu’Hoederer dans les Mains sales. Tous ces personnages utilisent des phrases trèsstructurées et organisent leur discours grâce à des connecteurs logiques et à des tournures hypothétiques (« c’est à cause de cela », pour Arlequin, « mais », « cependant » pour Trivelin, « suppose… », « si le Parti… », pour Hoederer). Mais là encore l’enjeu du dialogue est très différent. La scène de la Double Inconstance oppose Trivelin et Arlequin sur le thème de l’argent. Trivelin tente...
tracking img