Question de corpus, les fables de la fontaine" les jugements de la cour"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (830 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir de français
Question de corpus
«  Les jugements de la cour »

Au XVIIIème siècle, le mouvement classique prône l'idéal d'ordre et de rigueur mais défend aussi l'expression « placere etdocere », qui signifie plaire et instruire. La Fontaine s'inscrit dans cette volonté ; inspiré des anciens Phèdre et Esope, il revisite les fables et porte le genre à son apogée. Si le premier recueildes fables livre I à VI, destiné au dauphin, se veut pédagogique et léger. Le second vise un public plus large et son contenu est plus orienté vers la recherche de sagesse, par la critique des viceshumains et des dysfonctionnements de la société d'Ancien Régime : tel que dans la Génisse, La chèvre et la Brebis en société avec le Lion , les animaux malades de la peste , La Chat, la Belette etle petit Lapin  et enfin   Le Lion , le Loup et le Renard  . Nous nous demanderons sur quoi porte la critique du fabuliste dans ces fables. Dans un premier temps, nous étudierons la critique du pouvoiret de la justice puis celle de l’hypocrisie à la cour du roi Louis XIV.

Premièrement, nous remarquons, dans les quatre fables, la volonté de La fontaine de dénoncer le fonctionnement d’unesociété où les « puissants » s’attribuent tous les pouvoirs et n’en reconnaissent aucun aux « faibles » .Ainsi, nous constatons dans   la Génisse, la chèvre et la brebis en société avec le Lion, que lelion, symbolisant la force et la puissance, s’accapare la proie face à trois faibles animaux : l’addition des faiblesses ne peut rien contre la force. La morale est la loi du plus fort. Cettedémonstration de la loi sociale est également présente dans Les animaux malades de la peste ; elle amène une réflexion sur l'injustice à cause de la décision politique, qui consiste à trouver un "boucémissaire" dont le sacrifice sauvera la société du fléau qui l'accable. La justice du conseil ne juge pas le crime mais le rang social tel en témoigne la morale «  selon que vous serez puissant ou...