Question de corpus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir Maison I , Question Sur Corpus :

Quelle image ces deux textes proposent-ils de la noblesse de cour et des courtisans au XVII eme siècle ?

Nous allons étudiez l'image similaire de lanoblesse de cour et des courtisan au XVII ème siècle entre Les obsèques de la lionne de La Fontaine et un extrait des Fâcheux de Molières.

Tout d'abord, il y a une homogéneité chronologiquequi soutient le corpus. Les deux textes ont en effet été publiés dans la seconde moitié du XVII e siècle. La Fontaine publie Les obsèques de la lionne en 1668 et l'extrait des Fâcheux de Molière sontpubliés en 1661. Cette unité chronologique du corpus engendre une ressemblance thématique entre les deux textes. Les deux oeuvres traitent d'un même thème, celui des courtisans de l'époque et présentantune même visée morale : dénoncer le vice.

Le texte de Molière décrit le courtisan à travers le récit d'Eraste qui se plaint à son valet d'être entouré de fâcheux dont un personnage excessifet donc par conséquent opportun : un marquis prétentieux. Molière utilise pour mettre en avant ce trait de caractère des formules fortes et péjoratives pour décrire le marquis : «  bryant » l. 6,« plein d'extravagance » l.6. De plus pour y montrer une insistance sur le fait que le marquis est odieux en dérangeant la salle de théâtre il choisit l'ouïe comme sens le plus marqué : «  bryant » l.6, « encriant » l. 8, «  fracas » l.9, « bruit » l.25. Enfin Molière le montre aussi comme un personnage pédant qui se met en avant en étant impoli. Le lecteur ressent du dégout pour ce personnageexécrable.

Le texte classique de La Fontaine décrit à travers Les obsèques de la Lionne la cour et ses courtisans comme de personnages faux et hypocrites. La Fontaine emploie pour cela l'ironie : « Monsieurs les courtisans » alors que pourtant ils les comparent à des animaux. De plus, l'utilisation d'antithèse symbolise la critique de l'auteur : les courtisans n'ont pas de personnalité : « ...
tracking img