Question de "la peste" albet camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1734 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Etudier deux personnages principaux du roman.
Docteur Bernard Rieux :

Le docteur Bernard Rieux paraît avoir 35 ans. Cet homme de taille moyenne porte des vêtements de teintes toujours foncée mais qui lui vont bien. Il a des cheveux noir coupés très court. Son visage est presque rectangulaire et il possède des yeux sombres et droits. Son nez est fort et régulier, ses lèvres sont pleines etpresque toujours serrées et sa mâchoire est saillante. Il a également des épaules fortes.
Il habite un immeuble à Oran et a une femme de 30 ans qui est malade depuis un an. Il aime énormément sa femme et s’en veut un peu d’avoir travaillé plus que de s’être occuper d’elle.
C’est un homme bon, digne et modeste qui est lassé du monde qui l’entoure et qui refuse l’injustice.
Il exerce laprofession de Médecin. Il aime les gens et pendant l’épidémie se résigne a essayé de ne plus éprouver de pitié pour que son travail soit plus simple. Il ne s’est jamais habitué à voir les personnes mourir et pense que l’héroïsme n’existe pas réellement

1940 à Oran. Une ville ordinaire où il n’y a aucune vie. C’est un lieu neutre et typique où la monotonie est extrêmement présente et où un climatest mauvais la plupart du temps. Les habitants de cette villes ont chacun leurs habitudes et sont très préoccupés par l’argent et le travail. C’est un ennuie total. Enfin le texte annonce l’arrivé d’événements au printemps.
Rieux trouve un rat et en parle à son concierge M. Michel. Cette apparition des rats qui sortent pour mourir est inquiétante. Ils sont de plus en plus nombreux et les genstrouvent leur agonie dégoutante. Une collecte des cadavres de rats est alors organisée par le service de dératisation à l’aube. Les rats sont brûlés (le plus grand nombre fût 6230 rats en une journée). D’un coup il n’y a plus de rats et la ville respire ainsi que ses habitants. Il y a un malade intriguant qui est le concierge. Il délire a propos des rats. Le docteur Rieux s’en occupe mais il meurtdans l’ambulance pour aller à l’hôpital. Joseph Grand appel Rieux car son voisin M. Cottard a tenté de se pendre.
Tarrou est chroniqueur, il décrit la ville avant, pendant et après la Peste. Il parle également des conversations qu’il perçoit.
Le temps se gatte le ciel devient gris. Rieux fait le bilan avec ses collègues et compte une vingtaine de patient atteint de la même maladie presque tousmorts. Ils cherchent à savoir s’il y a un risque de contagion et s’ils peuvent empêcher la maladie de se propager et de tuer. Les morts se multiplient et Rieux et Castel savent enfin ce que c’est : La peste. Les malades sont atteints de plus en plus gravement et les symptômes nous sont décris (taches noirs, ganglions, abcès, vomissement de bile rosâtre, bubons).
Rieux pense à la Peste et réunisles cas et les chiffres des Pestes anciennes dans le monde entier mais cela ne l’avance a rien car il ne sait si ces chiffres sont juste.
Les chiffres à Oran montent : 11 morts en 48 heures
Rieux partage avec nous les confidences de Grand et nous retrace la vie de cet homme.
Il y a une convocation à la préfecture d’une commission sanitaire. Tous les médecins discutent des précautions. Ils vontdéclarer la Peste et prendre les précautions nécessaires décidées par les lois en temps de peste.
Le lendemain la fièvre passe dans les journaux sous une forme bénigne. Des mesures sont prises par le préfet : il placarde des affiches ou les précautions sont inscrites. Rieux et Cottard se questionne sur le changement d’attitude de Cottard. Les mesures prisent ne fonctionnent pas : 16 morts puis24 puis 28 puis 32. On ouvre alors un hôpital auxiliaire dans une école maternelle. Il y a trop de mort et pas assez de sérum. Une dépêche apparaît : « déclarez l’état de peste. Fermez la ville. »
2
La ville est fermée. Seuls quelques moyens de communications sont donné comme le télégramme pour donner des signes de vie. Le téléphone est restreints aux urgences car les lignes étaient...
tracking img