Question

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1004 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Romancier met en scène, à travers son œuvre, un personnage principal, au quel il attribut une identité propre, une image, qui va donner tout son sens à son travail. Il existe une multitude de vision que l’on peut associer aux personnages de roman : épique, comique, tragique, lyrique…
C’est ainsi que nous allons voir, à partir de ces quatre textes, quelle image du héros de roman, similaires oudivergentes, les auteurs font-ils apparaître.

Dans l’Antiquité, et particulièrement chez Homère, le terme de « héros » était associé aux hommes courageux et d’un mérite supérieur. Dans ce sens on peut voir apparaitre tout d’abord, dans les extraits des trois Mousquetaires de Dumas et de 93 d’Hugo, deux « héros » épiques : souvent, les romans à portée historique privilégient ce registre. Danschacun des deux textes il a présence du thème du combat épique avec le vocabulaire de la guerre : « combat ; canon, lutte, coups, cognait, luttait » et « capitaine, soldat, se battre ».
Ainsi dans 93, le personnage du marin mène une lutte « inouïe » et « terrible », et réalise une action héroïque qui semble surnaturelle : Il y a des verbes d’actions : « sauta », « esquiva », « précipita ». C’estun sauveur qui tente d’épargner le navire d’un destin funeste. Il représente le Bien, étant une « âme », et se retrouve seul face à un canon, qui est personnifié, assimilé à un « monstre », « une bête d’airain », « un tigre » « invulnérable », et au mal : « démon » : on retrouve ainsi le phénomène d’amplification caractéristique de l’épique. Il fait preuve de valeurs morales telles que lecourage : « lui cria, en riant : A refaire ! » et de valeurs guerrières : il est « souple, agile, adroit », c’est une « couleuvre ». Un vocabulaire laudatif : « formidable », et le champ lexical de la prouesse : « formidable, inouïe », lui sont aussi associés.
De même D’Artagnan, dans Les trois Mousquetaires, apparait comme héros épique, certes moins dans le combats et plus dans les valeurs héroïquescar Il est à l’approche du combat. Il fait lui aussi face à un ennemi puissant : « un ministre plus puissant que le roi ». Il a une certitude intérieure et des valeurs claires, il est convaincu de son devoir, sûr de lui : « Ce choix fait, il aller persévérer », « il n’hésita point ». Il est vif d’esprit : « comprit leur irrésolution ». Il y a présence de vocabulaire laudatif : « louange »« brave ». Il veut se battre pour montrer son « honneur », sa valeur : « J’ai l’âme », »Mon cœur est Mousquetaire ». Il aussi courageux car il n’a pas peur de « désobéir à la loi », de « risquer sa tête » et ne veut pas « sauver [sa] peau » en fuyant. Cette valeur est d’autant plus renforcée qu’il est jeune : répétition « jeune homme », « jeunesse » « enfant ».

Par la suite, dans Germinal de Zola etL’Etranger de Camus, contrairement à Hugo et Dumas, les auteurs font apparaitre l’image de « l’antihéros » : ils mettent en scène un personnage tragique qui suscite la pitié. Ainsi dans Germinal, le personnage de Lentier est seul dans un monde opaque et noir, sur une route qu’il ne voit pas. Il est écrasé par « l’obscurité » et « une épaisseur d’encre ». Il n’y a aucun espoir : « une nuit sans étoiles»,aucune échappatoire, le chemin qu’il « suit » étant tout tracé : « coupant tout droit », « la rectitude d'une jetée ». Il est écrasé par la malheur, contre lequel il est incapable de lutter : il a froid et ne peut rien contre le  « vent »,  ni l’«embrun aveuglant des ténèbres», il ne peut rien contre les forces de la nature. Il marche seul, et il souffre : vocabulaire de la souffrance : « glacées,grelottant, les lanières, saigner, douloureux ». La mort est omniprésente : il n’y a « aucune ombre d'arbre », la terre est nue, il fait froid : « glacées », et le noir l’envahie : «ténèbres ». Lentier est faible, seul, apeuré : « crainte », et le sort semble s’acharner sur lui.
Mais par la suite, même si dans L’Etranger, Camus fait appel au tragique, il le suscite d’une tout autre...
tracking img