Questions preliminaires: les spectres au theatre [dom juan, macbeth, les aveugles]

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1149 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Dans de nombreuses pièces de théâtre, les spectres et autres créatures énigmatiques ont été utilisés afin de symboliser des hantises, craintes, ou autres sentiments internes du personnage principal. Dans ce corpus de texte, trois auteurs emploient la figure du spectre dans leurs œuvres théâtrales dont le dramaturge William Shakespeare, dans sa pièce Macbeth, et Molière dans Dom Juan, ainsique Maeterlinck dans sa pièce Les Aveugles. Les spectres apportent donc un message aux spectateurs ou aux lecteurs de l’œuvre, mais que représentent symboliquement les spectres dans les textes de Macbeth et de Dom Juan ? Dans un premier temps, nous étudierons le symbole des spectres dans la pièce de Shakespeare puis dans celle de Molière.
Tout d’abord, Macbeth raconte l’histoire d’un générald’une armée qui assassina son roi pour prendre le pouvoir. Toutefois, afin que la prophétie de trois sorcières ne se réalise, Macbeth fait tuer son ami Banquo dont les sorcières avait prédit qu’il engendrerait une lignée de rois. Ainsi, dans cet extrait de la pièce, les trois sorcières invoquent des spectres. Ceux-ci ne sont pas n’importe qui, comme le précisent les didascalies, ce sont « Huit rois [et]Banquo » (l.6-7). Les spectres des rois représentent la lignée de descendants de Banquo qui étaient donc destinés à devenir des rois, nous pouvons le savoir grâce à la phrase « Tu ressembles à l’ombre de Banquo » (l.8). La liste ne semble plus vouloir se terminer et accentue la stupeur de Macbeth, nous le voyons par l’énumération « Un troisième » (l.11), « un quatrième ! » (l.12) et « un septième! » (l.14). Ils sont parés des insignes de la royauté comme l’indiquent les mots « couronne » (l.9), « cercle d’or » (l.10), « globes [et] sceptre » (l.17). Ils représentent donc une justice, car c’est un juste retour des choses puisque que le général voulait empêcher que cela ne se produise. Ensuite, Macbeth dit « voila Banquo, tout souillé du sang de ses plaies, qui me sourit et me les montrecomme siens » (l.19), il est rongé par les remords et la culpabilité d’avoir commis ces crimes. Il est donc puni moralement par les sorcières qui disent d’ailleurs aux rois « affligez son cœur » (l.4) puis physiquement lorsqu’il dit « Ta couronne brûle mes yeux dans leur orbite » (l.9). Il est aveuglé par la royauté.
Donc, dans la pièce de Macbeth, les spectres représentent le remord, laculpabilité et la justice.
Ensuite, le corpus nous présente les scènes finales de la pièce de Dom Juan dans lesquels le personnage éponyme s’apprête à mourir. Il y a dans la première scène un seul spectre mais qui prend plusieurs formes. En premier lieu, le spectre apparait, comme le dit les didascalies en « femme voilée » (l.0). Il incarne la bonté divine puisqu’il est envoyé par le Ciel commel’indique le groupe nominal « la miséricorde du Ciel » (l.2). Le spectre offre une chance à Dom Juan de se repentir comme le montre « s’il ne se repent ici » (l.2). Le spectre de femme voilée représente aussi toutes les femmes qui ont été déshonorées par le personnage car Dom Juan dit « Je crois connaitre cette voix » (l.5), comme un retour de son passé. Ainsi, le spectre symbolise sous cette forme lajustice et la miséricorde. Toutefois, l’être étrange se transforme et apparait comme « le Temps avec sa faux a la main » (l.8), comme le précisent les didascalies. Ceci est une allégorie qui représente le temps qui passe et qui mène inéluctablement à la mort, représentée par la faux.
Dans la seconde scène, il y a le personnage de la statue qui n’est pas immatérielle. Toutefois, c’est également unpersonnage mandaté par le Ciel puisqu’elle dit « les grâces du Ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à sa foudre » (l.23). Elle est donc au courant que Dom Juan n’avait pas accepté la miséricorde du Ciel en refusant de se repentir. Contrairement au spectre de la scène précédente, la statue n’annonce pas à Dom Juan un ultime avertissement mais prononce le jugement qui est donc la mort comme...
tracking img