Questions : a quel registre appartient l'extrait de " théatre des animaux" de j.ribes ? ce registre convient-il au titre de l'oeuvre ? quels sont les caractéristiques du théâtre classique ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1032 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
QUESTIONS :

1)Tragédie extrait de Théâtre des Animaux de J. Ribes appartient au registre comique pleinement. Il relate ici des situations de vie quotidienne prises sur le vif même. Un couple marié se dispute à la sortie des loges d’un théâtre , après la représentation de Phèdre dans laquelle joue la Belle – sœur (Simone) du mari ( Jean-Claude ) , qui durant toute la pièce dit s’être ennuyécruellement. A cette sortie de loges, sa femme ( Louise ) tente en vain de le convaincre d’au moins féliciter sa sœur.
Le comique est dans cet extrait très bien illustré, avec des moqueries vulgaires , telles que « grosse vache » l33, ou « l’hystérique » l31, ou encore une situation des plus réalistes et hilarantes avec Jean-Claude qui ne veut en aucun point féliciter sa belle-sœur , même pas un« un petit bravo » (l21) , pour cette pièce qu’il a vraiment «  supporté » (l2) . Une soumission montrée l4 «  deux cent vingt-trois minutes et dix-sept secondes ! » , avec cette déclaration précise sur la durée de son « supplice » l3, il exagère de plus belle l10 en exprimant une certaine fierté d’avoir « tenu » ( l10) toute la pièce. Un comique basé sur une critique familière et vulgaire duthéâtre classique à travers un monde moderne.

Le Titre «  Tragédie » peut ici s’identifier au dilemme , à l’obligation morale , celle de J.C. de féliciter sa belle-sœur qui a joué ds cette pièce qui a été pour lui une fatalité , une situation sans issue à laquelle sa femme essaie de lui faire adhérer. Mais la tragédie dans sa définition même elle se caractérise par des personnages antiques , souventnobles , qui se prédestinent déjà au début de la pièce à un destin tragique auquel s’attend déjà le spectateur. Les caractéristiques du comique s’opposent à cette définition de tragédie, qui est basée sur l’antiquité. Ici ce titre peut faire allusion à une tragédie moderne , c'est-à-dire qui ne dénoue pas forcément sur la mort et qui , avec l’évolution du théâtre met en scène des personnagesmodernes , communs , on pourrait voir ds ce titre une sorte d’ironie . Malgré cela, ce titre n’est pas conforme au registre du texte.

2)Le théâtre classique est caractérisé par la règle des 3 unités : l’unité de temps ( l’histoire doit se dérouler en 24h pas plus ) , l’unité de lieu ( l’action ne se passe qu’en un seul lieu ) et l’unité d’action ( il n’y a qu’une intrigue principale que tente derésoudre les personnages à travers différentes actions) , celle de la bienséance des cinq actes divisées en scènes et avec des personnages à caractères et un langage soutenu. Aujourd’hui le théâtre contemporain ne s’identifie que très peu au théâtre du XVIII é siècle.
D’une part, les personnages deviennent plus réalistes, les spectateurs s’identifient plus à eux , ce ne sont plus des nobles ou despersonnages antiques mais des personne communes inspirées même de la vie réelle et parfois même leur noms importent peu, pourvu qu’ils aient un rôle et une place ds la pièce sans pour autant être un personnage à caractère, comme «  un » et « deux » dans Les Diablogues de R.Dubillard, où ils discutent d’une actrice qui venait de jouer Phèdre, et dt la représentation était assez médiocre mais quisuscitait malgré tout l’admiration des deux personnages. Dans les Diablogues, l’important n’est pas les personnages ou leurs histoires mais l’histoire qu’ils font tous les 2, cette critique de l’actrice qui rapporte aussi à une critique du théâtre classique.
Le langage du nouveau théâtre diffère également , il devient plus familier et vulgaire, donc plus réaliste. C’est ce qu’on peut voir dans LesDiablogues avec «  un sacré monstre » l12 , «  une torpille » l22 , on a plus de tabou à parler de l’âge , l44 » quatre-vingt-sept , quatre-vingt-huit ans » , également dans L’Opérette imaginaire de Novarina , avec «  cadavre » l15 , «  mon ihomme » l22, ainsi que des ravalements de syllabes tels que «  s’place deds » l22 , ou « j’suis seul » l30 . Ce nouveau langage théâtral est aussi...
tracking img