Qui parle quand je dis "je"?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1983 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
.Il est a priori étrange de se poser la question : Qui parle quand je dis « je »? , tant la réponse semble évidente en premier lieu. C'est bien « moi » qui parle quand je dis je. Il serait étrange qu'il s'agisse de quelqu'un d'autre quand je dis « je ». Le « je » est en effet l'expression du « moi » , nous nous en servons pour nous référer à notre personnalité , à notre identité. Mais ne peut-onpas mettre en doute ces certitudes , qui pourraient être comme les ombres que Platon décrit dans son  Allégorie de la caverne  . Ce « je » ne représente il pas notre identité de façon superficielle? Savons nous vraiment qui nous sommes ou croyons nous le savoir , pour ainsi utiliser le « je »?Dans un premier temps nous verrons que la conscience de soi est un condition de possibilité du « je » ,puis nous verrons si l'on parle réellement du « Moi » , unique , qui est notre identité , quand je dis « je » , enfin nous verrons si nous sommes les seuls à parler à travers ce « je ».

*
* *

.Pouvoir affirmer que c'est moi qui parle suppose une conscience de soi. Comment pourrait-on remettre en cause la certitude de la conscience de soi?
Le « je » est l'expression de monidentité. Il n'est pas le résultat d'une pensée mais le fondement même des actes de pensée. Comment avoir pensé à quelque chose sans « je » pour le penser? La conscience du moi passe avant la question du ce que je suis , on n'acquiert pas le « je ».Le « je » est à la base de toutes les représentations , Kant , dans la Critique de la raison pure , explique qu'il est nécessaire qu'un « je pense »existe pour que quelque chose soit pensé , « je » est ainsi la condition à n'importe quelle expérience. Descartes à dit : « Cogito ergo sum » (je pense donc je suis) , il place ainsi la conscience , le sujet , à la racine de toute connaissance possible. On peut ainsi douter de tout , de la réalité du monde qui nous entoure , de nos sens, mais ce qui reste vrai même si rien n'existe , c'est que lui, Descartes , « pense » et si il « pense » alors il « est ».D'après Sartre cette conscience de soi a pour condition l'intersubjectivité : « Ainsi l'homme qui s'atteint directement par le cogito découvre tous les autres , et il les découvre comme la condition de son existence ».Cela signifie que le cogito de l'existence des autres est lié à mon propre cogito , le cogito me jette hors de moi surautrui et me fait prendre ainsi conscience de l'existence des autres, comme condition de ma propre existence . Sans le « je » , mon identité ne pourrait exister. Comment pourrais je douter de moi même , de ce « je » , si il n'existe pas un « je » qui soupçonne en premier lieu? Comment Descartes le disait , rien ne peut résister au doute , rien n'est évident , tout n'est que vraisemblable. Et la seuleévidence à échapper au doute et celle la même qui le rend possible , « je pense donc je suis »!

C'est donc « Moi » qui parle quand je dis « je ».« Moi » désignant un sujet pensant , et capable de comprendre qu'il est lui même un objet de pensée. Le « Moi » est donc ainsi l'expression de mon identité dans l'immédiat. Ce qui peut paraître problématique car nous ne cessons jamais de changer aufil de notre vie , et pourtant nous nous sentons toujours nous mêmes. Notre identification n'est ainsi jamais remis en cause , même dans l'altération. Notre identité est permanente , et notre « moi »se construit par rapport à notre histoire . Emmanuel Levinas dit ainsi dans Totalité et infini : [le Moi] est « l'être dont l'exister consiste à s'identifier , à retrouver son identité à travers toutce qui lui arrive. Il est l'identité par excellence , l'œuvre originelle de l'identification. » Le « Moi » se construit donc avec le temps , à travers ce qu'il vit , et correspond à notre identité.
Mais cette certitude de soi n'est peut être pas juste un jeu de langage ou de logique.Sommes nous pleinement conscient de notre identité? Notre « je » est il l'unique provenance de nos actes et...
tracking img