Récit fatastique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3265 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La Prophétie du Crépuscule
CHAPITRE I: Le Premier Sang

Un jour après l'arrivée d'Opphir:

Les différents seigneurs Crusader quittaient la salle de crise. Parmi eux se trouvait désormais Opphir, tout juste adoubé et sur qui reposaient les espoir les plus fous. Mais le poids de telles responsabilités pesait très lourd sur les épaules d'un si jeune homme, et les dirigeants tenaient donc àl'aider du mieux qu'ils le pouvaient. Pour cela, ils lui avaient confié la liste complète des Seigneurs, avec les différentes caractéristiques qui les désignaient. "Commence par connaître tes alliés avant de vouloir connaître tes ennemis" lui avait dis Bulbidor avant de le laisser aux bon soins de Roboute. Ce dernier répondait à chacune des questions d'Opphir concernant ses nouveaux "frères d'armes",tandis qu'ils se dirigeaient tout deux vers les nouveaux quartiers d'Opphir. Ils y arrivèrent en moins de dix minutes, pendant qu'Opphir arrivait lui aux dernières pages du dossier.
-C'est ici, j'espère que l'endroit te conviendra. Je t'avertis tout de suite, ce n'est pas le grand luxe: nous t'avons installé dans les anciens appartements de Jetfire et celui-ci se contentait de peux.
-C'estparfais, merci beaucoup Seigneur, répondis Opphir, toujours plongé dans le dossier.
Roboute n'aimait pas être appelé "Seigneur", cela le vieillissait d'après lui. Mais bon, si le jeune Opphir voulait respecter l'éthique, autant jouer le jeu.
-C'était d'ailleurs bizarre, quand on y pense: son palais sur Cybertron était un exemple parfait de luxe alors qu'ici…
-Euh, Seigneur… je remarque quelquechose.
-Oh, ne fais pas attention à la quantité de poussière! C'est juste que l'on n'est pas venus ici depuis longtemps.
-Je ne parle pas de ça, Seigneur, je parle du dossier. Cet homme n'était pas présent à la réunion. Il présenta le dossier à Roboute, celui-ci examinant attentivement la page qu'il avait devant les yeux: Seigneur Valkiri, Commandant des Crusader_W.
-Effectivement il a manqué leconseil. C'est étrange, il n'a pas prévenus qu'il serait absent après que Girondin l'ai averti de la réunion. Mais ne t'en fais pas, je vais le essayer de le joindre et ainsi l'avertir du danger.
# # # #

Debout sur le pont de son Vaisseau Amiral, Valkiri regardait avec une joie non dissimulée sa flotte de guerre: destructeurs par dizaines, vaisseaux de batailles, traqueurs et croiseurs en grandnombres eux aussi et tous remplis de centaines de chasseurs lourds ou légers. Une force de frappe non négligeable et pourtant elle ne représentait que un tiers de sa flotte totale. Et tous ces vaisseaux attendaient, patiemment, la venue de l'ennemi.
Pourquoi un tel déploiement uniquement pour détruire une flotte pirate? C'est la question que lui avaient posé ses généraux, lorsqu'il leur avaitannoncé son plan pour se débarrasser des navires pirates qui s'en prenais depuis peu à ses convois marchands. Pour marquer les esprits, leur avait-il répondus. Pour montrer à tous ces maudits écumeurs des étoiles ce qui leur en coûte de s'attaquer à lui et à son empire.
-Une des plus grandes démonstration de forces que ces sauvage auront l'occasion de voire durant leur pitoyable existence, dit-ilpour lui-même.
Mais encore fallait-il qu'ils soient au rendez-vous. Et ça, c'était le plus dur à organiser, un simple billet d'invitation suffisant rarement à inciter les flottes renégates à venir se faire massacrer bien gentiment. Mais par un efficace réseaux d'informateur et de rumeurs mise en places, ils allaient mordre à l'hameçon dans les heures prochaines.
Les pauvres: tomber sur unearmada alors qu'ils s'attendront à prendre d'assaut un important convoi marchand mal défendus. Il en viendrait presque à les plaindre d'avance. Ce n'était plus qu'une question de minutes maintenant et Valkiri se délectait à l'idée de la future bataille.
Puis le bruit sourd de l'unité de communication à longue distance vint perturber sa réflexion intérieure.
-Commandant, nous recevons un appel!...