Réflexion sur la violence

Pages: 5 (1236 mots) Publié le: 5 novembre 2009
VIOLENCE

« VIOLENCE IS THE LAST REFUGE OF THE INCOMPETENT », Isaac Asimov

La violence est un terme désignant un comportement agressif, non amical, non pacifiste, autrement dit une contrainte imposée à autrui, qui provoque la douleur, la peine. Isaac Asimov, romancier et expert en science fiction américain du 20e siècle, écrivait dans son livre Foundation « La Violence est le dernier refugede l'incompétent ». Cela image de nombreuses raisons poussant à la violence.
Dans la société, nous avons de nombreux exemples, mais nous nous concentrerons sur 3 principaux : l’incompétence à subir une autorité, l’incompétence à communiquer avec les autres et à se faire comprendre, et l’incompétence à se faire respecter. Elles sont les piliers de nombreux litiges et sont beaucoup plus présentesqu’on ne le croit dans notre société actuelle.

Dans la vie quotidienne, certaines personnes ont beaucoup de mal à subir une autorité, à rentrer dans le rang, à suivre les lois. Elles éprouvent comme un besoin de marginalisation. Elles aimeraient créer leurs propres règles, monter leur propre société, comme le dit Antonio Porchia « Nous avons un monde pour chacun, mais nous n’avons pas unmonde pour tous. ».
Dans les banlieues par exemple, nous pouvons assister à un phénomène de rébellion des jeunes, de ras-le-bol total face à l’autorité et aux forces de l’ordre. « C’est la colère refoulée qui donne naissance à l’explosion de violence et non la colère gérée. » comme l’affirme Claudia Rainville.
Il y a aussi les descentes dans les rues, les mobilisations violentes des populations,refusant de se soumettre à une certaine loi ou à une certaine réforme entreprises par le gouvernement en place. Dans certains pays, mais surtout en France, ce droit de protester se manifeste souvent par des grèves ou des saccages. Claude Adrian Helvétius disait déjà à son époque « Les hommes sont si bêtes qu’une violence répétée finit par leur paraître un droit ». Cette exagération et ce profitdes citoyens sur les droits et les laisser-aller des législations en est une preuve flagrante.
Viennent ensuite les violences très poussées, abusives et sadiques faites par les agresseurs, les violeurs, les tueurs. Tous ces monstres jouant avec la loi et avec la vie comme si tout leur était permis, défiant la justice. « La violence meurtrière est le triste apanage de l’espèce humaine » constataitet affirmait Jacques Ruffié.

La violence peut aussi être le refuge de l’incompétence à communiquer avec autrui, à se faire comprendre. Certains ont un manque évident de savoir-faire et de résistance par rapport à des obstacles ou à des problèmes ; « La violence est ce qui ne parle pas » disait Gilles Deleuze.
Dans le cas commun, malheureusement, d’un conjoint battant sa femme, on assiste à ladémonstration d’un manque total de dialogue. Le mari ne trouve pas d’autre solution face à un problème que de taper sa femme pour quelque raison que ce soit. Alors certains, comme Gustave Le Bon, voient cela de la façon suivante «  Loin d’être une preuve de caractère, la violence constitue souvent une manifestation de faiblesse. L’homme faible se montre parfois violent pour cacher sa faiblesse. »,et d’autres, comme Gandhi, dans le cas où la femme est sous-estimée, pensent que « appeler les femmes « sexe faible » est une diffamation ; c’est l’injustice de l’homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l’humanité, l’avenir appartient aux femmes. ».
La violence domestique — les parents maltraitant ou frappant leurs enfants — est aussi un exemple de communication coupée. Lesmotifs peuvent aller de la mauvaise note qui ne passe pas à un acte intolérable de l’enfant. Ou bien, être dans certains cas, un simple moyen d’exprimer les sentiments à l’égard de l’enfant, même si cela semble impensable. D’après Gustave Le Bon « Les divergences intellectuelles se supportent et une raison faible s’incline facilement devant une raison forte. Les divergences sentimentales, au...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Reflexion sur la violence
  • Réfléxion entre violence et communication
  • Georges sorel reflexions violence (1908)
  • Réflexion
  • reflexion
  • Réflexion
  • Reflexion
  • Reflexion

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !