Résumé de koen kempen

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2378 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fuite vers la vérité
Chapitre 1 :
4h30 : dans le grand jardin à côté de l’église, c’était silencieux. Les hommes avec les chiens étaient maintenant partis. Pendant presque une heure, ils l’ont cherché mais pas trouvé. C’était une bonne idée de mettre du poivre sur ses chaussures : ainsi, les chiens ont perdu sa trace. L’homme en uniforme bleu était assis dans un arbre et écoutait comment lapluie tombait sur des milliers d’ampoules. Il attendait. Il avait appris ça en prison : attendre. Deux ans et demi, c’est long. Et ceci dure encore plus longtemps pour quelqu’un d’innocent, comme cet homme. En prison, c’était chaque jour la même chose : se lever, se laver, manger, travailler, lire et se promener une petite heure. Et puis, il avait encore beaucoup de temps pour réfléchir. Chaque jour,il se parlait à lui-même : je veux m’évader, je dois partir d’ici ! Et chaque jour aussi, il pensait à un homme : le libraire d’Anvers, Albert Faes.
Il attendait jusqu’à ce qu’il fasse nuit. Dans l’obscurité, les gens ne pouvaient pas voir qu’il portait un uniforme de prisonnier. Peut-être qu’il pouvait trouer d’autres vêtements quelque part. Il avait aussi faim et soif. Mais, avant tout, ilvoulait atteindre Anvers. Il voulait savoir pourquoi Albert Faes n’avait pas dit la vérité à son procès !

Chapitre 2 :
Lentement, la nuit tombait. Dans la rue, derrière le mur du jardin, il n’y avait presque pas de voitures. Partout dans la ville, les gens étaient maintenant à table avec une délicieuse tartine ou une tasse de café chaud dans la main. Ils parlaient de ce qu’il se passait au bureauou à la fabrique et du beau temps. Bien des gens regardaient les nouvelles à la télévision et écoutaient le speaker dire :
* Ce midi, l’ex-inspecteur de la S.D.B., la brigade des stupéfiants, Koen Kempen, s’est évadé de la prison de Louvain-Central. Kempen était en prison depuis deux ans et demi déjà. Il a 30 ans, fait 1m85, a les cheveux blonds et les yeux bruns. La police pense qu’ilessayera d’atteindre Anvers.

Chapitre 3 :
Cinq minutes plus tard, le téléphone sonna dans un appartement cher près du grand magasin d’Anvers. Un homme fort dans un siège répondit :
* Allo ?
* C’est Faes …
* Faes ? J’ai t’ai pourtant dit de ne plus jamais m’appeler !
* Mais n’avez-vous pas entendu ? Kempen s’est évadé !
* Naturellement j’ai entendu. Et alors ?
* Il est enroute pour ici ! Et il est dangereux ! Qu’allons-nous faire ?
* Qu’allons-nous faire ? Cette fois, nous allons faire du bon travail, Faes. Nous le ferons taire pour toujours. L’Escaut est profond n’est-ce pas ? Et les poissons doivent aussi manger ! Hahaha !
Il riait dangereusement et imposait. Faes se sentait devenir froid.

Chapitre 4 :
Koen Kempen grimpait sur le mur du jardin et était durla rue. Il regardait à gauche et à droite mais ne voyait personne. Il ne pleuvait plus et il faisait totalement noir. Encore une demie heure et je suis hors de la ville, pensait-il. Il marchait près des maisons jusqu’au coin de la rue. Tout était calme. Il alla plus loin que la rue sombre et arriva à un grand carrefour. Ici, je dois faire attention, pensait-il. Tout à coup, quelqu’un derrière lecoin dit :
* Je me demande ce que nous faisons encore ici.
* Oui, ce Kempen est naturellement déjà loin de la ville, répondit un autre homme.
Koen compris que les deux gendarmes étaient et restaient assis en silence. Le premier homme parlait du temps :
* Irons-nous de l’autre côté ? Là, nous sommes contre le vent.
* Ok, dit le deuxième homme. J’espère que le chef va vite venir nouschercher.
Les deux gendarmes allèrent de l’autre côté où ils ne pouvaient plus voir Koen. Ouf, pensait-il, j’ai eu de la chance !
Il alla plus loin, jusqu’à une grande pompe à essence. Elle était encore ouverte et il y avait beaucoup de lumière. Koen savait comment c’était dangereux pour lui. Comment pouvait-il passer sans être vu ? Il était certain qu’ici, la police l’attendait partout !...