Rôle des médias dans la diffusion des livres?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de français

Sujet : Que pensez-vous du rôle des médias dans la diffusion des livres?

En 2009, près de 65 000 livres ont été édités en France et 435 millions d’ouvrages ont été imprimés. 5 ou 6 œuvres chaque année deviennent des best Sellers seulement. Les médias jouent un rôle crucial dans la promotion et la diffusion littéraire mais on peut s’interroger sur l’évolution desrelations entre la presse et l’univers des livres et la façon dont s’organise la promotion des livres et de ses conséquences.
Dans un premier temps, on verra l’évolution des relations entre le livre et les médias ; ensuite, nous aborderons la question de la promotion littéraire aujourd’hui et enfin on conclura sur le rôle d’internet dans le monde littéraire.

Le livre, à partir de 1450, estdevenu le moyen de diffuser les idées puisque grâce à l’invention de Gutenberg les livres deviennent peu à peu des objets communs pour tous les gens. La discussion autour des livres va d’abord se faire dans les salons littéraires des aristocrates du 17ème et du 18ème siècle.
C’est grâce aux écrivains des lumières et à l’encyclopédie qu’on passe de l’oralité à l’écrit. Denis Diderot ou Voltaire vontêtre des « promoteurs » des idées et donc des livres de leur époque. Dans les articles de l’encyclopédie et auprès des rois et des cours royales qu’ils fréquentent ils vont diffuser les livres de leurs contemporains.
C’est au 19ème siècle que des médias à part entière vont devenir les diffuseurs des idées et des livres notamment grâce à des auteurs comme Victor Hugo qui utilisent la littératurecomme une tribune dans les misérables ou les Châtiments. Par ailleurs, la presse écrite va promouvoir la littérature en diffusant sous la forme de feuilletons des ouvrages qui vont devenir des « best Sellers » dès leur parution comme les romans de Balzac, d’Eugène sue avec les Mystères de Paris ou les œuvres de Dumas comme les Trois Mousquetaires. On observe le même phénomène en Angleterre avec desauteurs comme Charles Dickens ou Jane Austen. Durant Cette période la presse va favoriser la production littéraire, sa diffusion et on voit naître le métier de critique qui va jouer le rôle de prescripteur auprès des lecteurs de plus en plus nombreux grâce à l’alphabétisation du peuple.

Au 20ème siècle, de nouveaux médias et de nouvelles pratiques vont apparaître. Aujourd’hui, l’éditionlittéraire est très concentrée et ce sont de grands groupes qui éditent et diffusent les livres car ils possèdent également des groupes de presse comme Hachette-Filipacchi ou Lagardère-Editis. Cette concentration peut conduire à une uniformisation de l’édition et donc de la prescription. La presse écrite et télévisuelle sont des grands prescripteurs des livres et certains journaux ou émissions sont mêmespécialisés comme le magazine Lire ou le Monde des Livres ou La grande Librairie sur la 5. La presse nationale se partage les tendances. Ainsi Télérama, Le Monde permettent la diffusion d’une littérature « élitiste » tandis que les journaux comme le Parisien ou des émissions comme Télématin (France 2) ou « On n’est pas couché » (France 2) valorisent des livres et des auteurs plus populairescomme Guillaume Musso ou Catherine Pancol.
Peu d’auteurs parviennent à émerger s’ils ne sont pas édités chez des éditeurs connus qui sont relayés par des médias régionaux et nationaux et la Trilogie Millenium est une exception. On peut craindre que l’offre se resserre et que les médias qui sont au service des éditeurs ne parlent que de leurs « poulains » et cantonnent les autres dans l’anonymat.
Lapresse écrite et la télévision sont aujourd’hui peu à peu concurrencées par Internet et des sites comme Rue 89 sont devenus les nouveaux prescripteurs des livres et comme le public visé est plus jeune, les livres évoqués appartiennent à des genres plus populaires comme le Manga ou des livres sur support multimédia.
La diffusion des livres est toujours l’affaire des médias mais tout change...