Rabelais, gargantua

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5495 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rabelais
Gargantua et Pantagruel
Titre adopté par l’usage pour désigner le grand roman fantastique, burlesque et satirique de François Rabelais (1494 ?-1553) écrit et publié en plusieurs livres de 1532 à 1564 ; on dit aussi quelque fois Gargantua tout court. Le personnage apparaît pour la première fois dans les Grandes et inestimables cronicques du grant et énorme géant Gargantua, romanpopulaire d’aventures, paru sans nom d’auteur à Lyon en 1532. Cette œuvre (que quelques-uns attribuèrent à tort au grand écrivain) rapporte quelle était la généalogie du géant, sa grandeur, sa force physique et conte les merveilleux faits d’armes qu’il accomplit pour le roi Arthur. Quoi qu’il en soit, il est très curieux que Rabelais en ait tiré les noms de son héros et de quelques-uns des personnagesqu’il devait élever à une nouvelle célébrité littéraire. L’enchanteur Merlin, pour porter secours au roi Arthur, engendre mystérieusement deux jumeaux, Grandgousier et Galamelle : de ceux-ci naît Gargantua qui, à âge le sept ans, est conduit à la Cour sur une jument, elle aussi procréée par le magicien. L’animal (qui aura sa digne réplique dans les aventures rabelaisiennes de Gargantua) fait par sagrosseur des dégâts dans la région de la Beauce. Les parents de Gargantua étant morts des suites d’une purge violente, le jeune géant cherche à se distraire en visitant Paris. Après avoir fait son entrée dans la ville, il se rend au bord de la mer et trouve l’enchanteur sur le rivage ; celui-ci le conduit en Angleterre sur un nuage, tandis que la jument effrayée s’enfuit en Flandre. Il arrive ainsià temps pour secourir le roi Arthur, alors presque vaincu par le peuple de Gog et de Magog : le roi le traite avec beaucoup d’égards, ce qui l’oblige à soutenir de nouvelles guerres contre les Hollandais et les Irlandais ; cette fois encore, il accomplira de fabuleuses prouesses : entre autres, il fait prisonniers le roi et les barons ennemis et le empile tous dans une de ses dents que la carie arendue creuse. De plus il délivre Arthur de la présence d’un géant. Après deux cents ans, trois mois et quatre jours, passés au service du roi, il est transporté dans le royaume des fées Morgane et Mélusine : là, il retrouve encore beaucoup d’autres guerriers. Selon certains critiques, il serait possible que Rabelais ait participé dans une certaine mesure à la composition de l’œuvre, qui restepourtant sommaire et populaire. Une réédition de 1533 s’achève par quelques témoignages empruntés à une « vraie chronique » comme il s’en trouve dans Pantagruel. Une autre réimpression, sans lieu ni date, contient trois chapitres de Pantagruel, fait dû peut-être à l’initiative du typographe. De toutes façons, l’œuvre est célèbre, à cause de la fortune attachée à quelques-uns de ses personnages etparce qu’elle fait partie de la genèse d’un grand chef-d’œuvre.
* Rabelais publia d’abord, en 1532, Les horribles et espoventables faictz et prouesses du très renommé Pantagruel, Roy des Dipsodes, fils du grant geant Gargantua, composez nouvellement par maître Alcofribas Nasier (ce pseudonyme était l’anagramme de François Rabelais) ; cet ouvrage était suivi, en 1535, de La vie inestimable du grantGargantua père de Pantagruel, jadis composée par l’abstracteur de quinte essence. Livre plein de pantagruelisme. Gargantua était le Livre I de l’œuvre qui déjà se dessinait, tandis que Pantagruel précédemment publié devait en être le Livre II. Ce n’est d’ailleurs qu’en 1542 que parut l’édition définitive et remaniée des deux livres : Pantagruel Roy des Dipsodes restitué à son naturel avec ses faictzet prouesses espoventables : composez par feu M. Alcofribas Nasier abstracteur de quinte essence. Puis se succédèrent, édités par l’auteur de son vrai nom : le Tiers livre des faictz et dictz héroïques du noble Pantagruel composez par M. François Rabelais docteur en Médecine et calloïer des Isles Hieres. L’auteur susdict supplie les lecteurs benevoles, soy reserver à rire au soixante et...
tracking img