Rachat des terres africaines

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8344 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document

 


Fall


08


Dossier
de
géopolitique
3A3


LE
RACHAT
DES
TERRES
AGRICOLES
 AFRICAINES


ADNET
Camille

 ARMAND
Robin
 DODIER
Flore
 PEROL
Margot








Ecole
Internationale
de
Commerce
et
Développement
3A




2


Sommaire



INTRODUCTION
 II)
LE
CONTEXTE
 A)
QUI
SONT
CES
INVESTISSEURS
?
 B)
LES
FACTEURS
EXPLICATIFS
DE
CETTE
DELOCALISATION
AGRICOLE
II)
IMPACTS
AU
NIVEAU
LOCAL
 A)
UN
MOYEN
DE
DYNAMISER
L’AGRICULTURE
LOCALE
?
 B)
LES
DIFFERENTS
IMPACTS
ET
DIFFERENTS
ENJEUX
LOCAUX
 C)
L’IMPORTANCE
DE
LA
RELATION
CONTRACTUELLE
 D)
UNE
NEO
COLONISATION
?
 III)
LES
ENJEUX
STRATEGIQUES
ET
FINANCIERS
 A)
HEDGES
FUNDS
ET
PLACEMENTS
PUREMENT
FINANCIERS.
 B)
LE
DOUBLE
DISCOURS
DES
INSTITUTIONS
INTERNATIONALES
 C)
VERS
UNE
NOUVELLE
FORME
DE
SOUVERAINETE
INTERNATIONALE
?
D)
PISTES
DE
REFLEXION/SOLUTIONS
A
ENVISAGER
 CONCLUSION
 SITOGRAPHIE
 3
 4
 4
 5
 9
 9
 11
 12
 13
 14
 14
 17
 21
 23
 26
 28





 


INTRODUCTION


 Selon
 la
 Banque
 mondiale
 entre
 octobre
 2008
 et
 juin
 2009,
 46,6
 millions
 de
 terres
arables
sont
passées
sous
le
contrôle
d’entreprises
ou
de
gouvernements
étrangers.
Une
superficie
à
peu
près
équivalente
à
deux
fois
la
Grande
Bretagne.
 Les
 crises
 alimentaires
 et
 financières
 mondiales,
 l’urgence
 écologique
 et
 la
 dépendance
 énergétique
 regroupées
 ont
 donné
 naissance
 à
 une
 véritable
 ruée
 sur
les
terres
agricoles.
Si
ce
phénomène
s’étend
à
plusieurs
continents
et
touche

 bon
 nombre
 de
 pays
 en
 développement,
 il
 est
 particulièrement
 flagrant
 en
 Afrique
 étant
 donné
 les
 espaces
 disponibles
 et
 les
 faibles
 prix
 de
vente
 des
 terrains.
 Pour
 certains
 ce
 phénomène
 est
 une
 opportunité
 pour
 le
 continent
 de
 moderniser
 ses
 techniques
 agricoles
 ainsi
 que
 de
 créer
 de
 l’emploi
 et
 bien
 sûr
 d’attirer
 des
 devises
 étrangères.
 Pour
 d’autres,
 ces
 transactions
 pourraient
 représenter
une
grande
menace
à
différents
niveaux.

 En
 effet,
 les
 enjeux
 tant
 au
 niveau
 social,
 économique,
environnemental
 et
 culturel
sont
colossaux
et
amènent
à
se
poser
des
questions
sur
la
portée
de
ce
 processus
 de
 rachat
 des
 terres.
 Qui
 sont
 réellement
 les
 acteurs
 de
 ce
 phénomène
?
 Quelles
 en
 sont
 les
 conséquences
 pour
 les
 populations
 locales
?
 Dans
quelle
mesure
ce
phénomène
a‐t‐il
un
impact
sur
la
souveraineté
des
Etats
et
en
quoi
le
rachat
des
terres
agricoles
constitue‐t‐il
un
enjeu
stratégique
pour
 ces
derniers
?

Existe‐t‐il
des
moyens
pour
rationnaliser
ce
phénomène
?
 Pour
 répondre
 à
 ces
 interrogations
 nous
 commencerons
 par
 présenter
 le
 contexte
 qui
 a
 entrainé
 ce
 phénomène
 d’acquisitions
 des
 terres
 en
 Afrique
 en
 abordant
les
différents
acteurs
et
causes.
Nous
parlerons
ensuite
des
impacts
au
niveau
local
et
pour
finir
nous
expliquerons
les
enjeux
stratégiques
et
financiers
 de
 cette
 problématique
 et
 nous
 donnerons
 des
 pistes
 de
 réflexion
 afin
 de
 rationaliser
ce
processus.





3


II)
LE
CONTEXTE



 Depuis
 quelques
 années
 un
 phénomène
 massif
 d’acquisition
 de
 terre
 a
 fait
 son
 apparition
 sur
 le
 continent
 africain.
 Des
 multinationales
 ou
 des
 gouvernements
 décident
 d’acquérir
 de
 grandes
 zones
 arables
 africaines
 dépassant
parfois
 10
 000
 hectares
 afin
 d’y
 produire
 des
 denrées
 destinées
 à
 l’exportation.
 Dans
 de
 nombreux
 cas
 il
 s’agit
 d’achats
 mais
 il
 peut
 aussi
 y
 avoir
 des
 locations
 ou
 des
 concessions
à
long
terme,
c'est‐à‐dire
entre
30
et
99
ans.
 
Si
 ce
 phénomène
 de
 rachat
 des
 terres
 agricoles
 n’est
 pas
 nouveau
 en
 Afrique,
 l’effervescence
 de
 ces
 opérations
 foncières
et
 la
 taille
 énorme
 des
 espaces
 concernés
constitue
un
phénomène
sans
précédent.
 D’ailleurs
la
plus
importante
transaction
foncière
depuis
la
fin
de
l’ère
coloniale
a
 été
 réalisée
 en
 2010
 :
 la
 République
 du
 Congo
 a
 cédé
 10
 millions
 d’hectares
 à
 l’Afrique
 du
 Sud,
 via
 un
 bail
 de
 99
 ans
...
tracking img