Racine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2058 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire d’Andromaque :

La folie est un état extrême qui fait partie de la tragédie. Dans la scène 5 de l’acte 5 d’Andromaque, tragédie de 1667, Racine met en scène le dérèglement des passions à travers une complexe chaîne d’amours impossibles. Andromaque, veuve d’Hector, est captive du roi Pyrhus qui veut l’épouser contre son gré alors qu’il était fiancé à Hermione,amoureuse de lui. Celle-ci, pour se venger, demande à Oreste, éperdument amoureux d’elle, de tuer Pyrhus. Aveuglé par ses sentiments, il accepte et le tue en croyant qu’il gagnera son cœur, mais Hermione lui reproche aussitôt son geste et se suicide. Ne sommes-nous pas en présence d’un dénouementtragique qui illustre avec force le caractère destructeur de la passion amoureuse qui, de la perte de soi, mène jusqu’à l’aliénation totale ? Nous répondrons à cette question en montrant d’abord un retournement de situation, ensuite le dénouement tragique de la pièce, et pour finir la mise en scène macabre de la folie.
Tout d’abord, on constate qu'il y a un retournement de situationentre le début et la fin de la pièce. En effet, la première scène commence par l'adverbe "oui" v.1, un adverbe positif. De plus il y a un lexique positif dans la première réplique d'Oreste, donc l'espoir d'un destin heureux : "ma fortune va prendre une face nouvelle" v.2, "un destin plus heureux vous conduit en Épire" v.22, ainsi que les retrouvailles de l'ami d'Oreste, Pylade. Tout cela contribue às'opposer à la dernière scène, dont la première réplique d'Oreste commence cette fois par l'adverbe "non" v. 1597, adverbe négatif qui annonce un dénouement tragique. De plus, le champ lexical de la mort domine : "elle meurt ?" v. 1 604, "son sang" et "son trépas" v. 1608, "se frapper et tomber" v. 1612. En outre, les interjections "Dieux !" v. 1603 et "Grâce aux dieux !" v. 1613 montre ledésespoir d'Oreste face au destin qui s'acharne contre lui, car il apprend la mort d’Hermione, qu'il aime passionnément. La première scène s'oppose donc à la dernière, dont le dénouement est tragique alors qu'il y avait un espoir d'un destin heureux au début de la pièce et cela contribue à un retournement de situation. .. En outre, l’évolution des personnages renforcent l’idée d’un retournement de situation. Oreste était au début confiant et sûr de lui, il voulait enlever Hermione. Mais esclave de son amour, il s’est rendu faible et s’est résigné de faire tuer Pyrhus par amour pour elle. Il n’a même pas eu la force de tuer Pyrhus lui-même, ce qui l’a rendu encore plus faible. Puis il sombre dansla folie v. 1625 « mais quelle épaisse nuit tout à coup m’environne ? » emporté par la passion, et surtout vaincu par celle-ci en apprenant la mort de Hermione à la fin de la pièce. Hermione, dont le caractère était plutôt orgueilleux et fière, mais surtout jalouse, semblait forte quant à l’idée de tuer Pyrhus pour se venger, mais a finalement mi fin à ses jours, vaincue elle aussi par l’amour.Pyrhus, un glorieux guerrier qui pensait avoir gagné le cœur d’Andromaque en l’épousant, et qui était souvent très menaçant, a été tué par les grecs sous l’ordre d’Oreste. Il est lui aussi vaincu par la passion qu’éprouvait Hermione à son égard et sa jalousie, alors que c’était un homme fort qui était près à livrer Astyanax aux grecs ou même à le tuer de ses propres mains. Les trois personnagesn’ont donc fait que se heurter à la passion qui les a détruits. . Par ailleurs, Andromaque est l’héroïne tragique par excellence et contribue à ce retournement de situation. En effet, au début de la pièce elle était l’esclave du roi Pyrhus et les grecs voulaient la mort de son fils....
tracking img