Racine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3762 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
RACINE ET SON SIECLE

Le siècle de Louis XIV
La France est gouvernée par Louis XIV pendant près d'un siècle, mais la période la plus marquante pour le pays, et la plus glorieuse, est celle qui s'étend de 1661 à 1685. Homme de goût et même de goûts fastueux, Louis XIV fait aussi de son règne celui des Arts. Il protège les artistes, qu'ils soient des gens de lettres, de théâtre, de musique oud'architecture sachant qu'ils lui assureront sa postérité.
Loin du mouvement baroque, il impose au pays un style classique, plus en harmonie avec sa personnalité, la grandeur de son règne et son sens de l'ordre et de la discipline.

Le mot latin «classicus»

Ce mot désigne un individu "de la première classe des citoyens". L'adjectif «classique» apparaît au XVIème siècle avec le sensd'«écrivain de premier ordre», mais ce sont les Romantiques qui, en définissant leur esthétique, imposeront a posteriori le sens que nous donnons aujourd'hui au mot «classicisme» : nous englobons par cette notion l'ensemble de la production littéraire et artistique qui coïncide avec le XVIIème siècle - et surtout avec le règne de Louis XIV -, dans laquelle nous reconnaissons des caractères d'ordre etd'équilibre alliés au goût des codifications esthétiques et morales.
Ce mouvement est toujours guidé par une volonté de conciliation de la sincérité et de la politesse qui fait plutôt du classicisme une école de la maîtrise de soi bâtie sur une recherche de l'harmonie.

Le classicisme

Ce courant esthétique regroupe l'ensemble des ouvrages qui prennent comme référence esthétique les chefs-d'œuvre del'Antiquité gréco-latine.
Le terme a une définition esthétique mais aussi historique, puisqu'en France l'« époque classique » est la période de création littéraire et artistique correspondant à ce que Voltaire appelait « le siècle de Louis XIV » ; il s'agit essentiellement des années 1660-1680, mais en réalité la période classique s'étend jusqu'au siècle suivant. Le classicisme en France est uncas singulier : cette période a été appelée classique parce qu'elle se donnait comme idéal l'imitation des Anciens, mais aussi parce qu'elle est devenue une période de référence de la culture nationale.
C'est aussi Versailles qui forge, vers 1660, l'idéal de « l'honnête homme » qui se caractérise par une élégance à la fois extérieure et intérieure, signe distinctif d'une société qui a érigé ladiscipline et l'urbanité en principes de vie.
L'honnête homme

Toute la morale du Grand Siècle est fondée sur une morale de la vie sociale qui prône un arrangement bienséant entre la liberté du jugement personnel et les lois de la sociabilité. L'honnête homme se gardera donc de choquer par son comportement agressif ou même sa mauvaise humeur (pensons à l'Alceste de Molière). Par la maîtrise desoi, l'éclat de sa conversation et la finesse de sa culture, il saura sans hypocrisie s'adapter à la société mondaine, puisque son sens de la mesure lui fera connaître et accepter les faiblesses humaines. A ce titre, l'idéal de l'honnête homme n'est pas vraiment séparable des codes héroïques à l'œuvre dans la tragédie.

Une morale héroïque

Dans la morale classique, la recherche d'un ordresatisfaisant pour la vie sociale, comme celle d'une victoire sur l'intempérance des mœurs, conduit à un véritable héroïsme. La tragédie cornélienne s'est bâtie sur ces valeurs généreuses. Souvent partagé entre la passion et le devoir, le héros classique choisit toujours de rester maître de lui-même. Dans son Traité des passions de l'âme, Descartes définit cette morale hautaine de l'individu quimanifeste une « libre disposition » à « ne manquer jamais de volonté pour entreprendre toutes les choses et exécuter toutes les choses qu'il jugera être les meilleures; ce qui est suivre parfaitement la vertu.»

Le classicisme du Grand Siècle
Au-delà de ces définitions historique et esthétique, le sens du terme « classique » a été étendu jusqu'à désigner tout écrivain dont l'œuvre semble propre à...
tracking img