Raison de l'etat

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
* I) La raison d'Etat est la condition de survie de l'Etat.
a) L'Etat protège les intérêts communs.
b) Le souverain gouverne au nom du bien.
c) Le pouvoir de l'Etat doit être fort.
* II) La raison d'Etat est un instrument au service du pouvoir arbitraire.
a) Le pouvoir de l'Etat est limité par le droit naturel.
b) La raison d'Etat masque l'absence de justification.
c) L'Etat doit luiaussi respecter la loi.
.../...
A - L'ETAT COMME ORGANISME FINALISE

Il convient de commencer par établir l'existence de "fonctions" dans l'Etat.
Le terme de "fonctions" renvoie au vocabulaire de la biologie. La fonction est la fin de l'organe, ce "pour quoi" il travaille.
Or, cette analogie paraît convenir dans le cas de l'Etat : l'Etat est un système complexe de fonctions, hiérarchiséesentre elles.
Kant, dans la Critique de la Faculté de Juger, privilégie d'ailleurs cette analogie.
L'Etat conforme à son essence est analogue à un corps vivant, l'Etat despotique au contraire est semblable à une machine. Cette analogie est d'ailleurs déjà présente chez Aristote ( La Politique ).
Mais cette analogie a des limites. Le corps organisé "fonctionne" toujours de la même façon, selon unedétermination naturelle (biologique).
L'Etat, quant à lui, est un produit "culturel", c'est-à-dire l'objet de décisions humaines, de conventions.
Par là même, le mode de fonctionnement de l'Etat est susceptible de remises en cause, de renversements, de perversions, de confiscations.
La question se pose donc de façon pratique : quelle doit être la fonction première de l'Etat ? 

B - L'ETAT COMMEPRODUIT DU CONTRAT SOCIAL

Les théories contractualistes, à partir du 17ème siècle, tentent de dégager la vérité de l'Etat en décrivant sa genèse idéale.
Il apparaît alors que l'Etat, créateur de contraintes et de règles pour les citoyens, n'est pas constitué, comme le pensaient Aristote et les théoriciens du droit divin, selon la "nature des choses", de façon définitive et éternelle.
L'Etatest l'objet d'une renégociation perpétuelle de la part de ses membres. Il est donc le produit d'un "contrat", et les citoyens ont vocation à être leurs propres législateurs.
Cette genèse de l'Etat permet de définir sa raison d'être : il n'existe pas pour lui-même, il n'existe que parce que les citoyens s'y soumettent volontairement, et donc dans l'intérêt des citoyens.
Quel est cet intérêt ?
Sil'on en croit Hobbes, mais aussi Locke ou Spinoza, l'Etat a pour fonction première d'éviter la guerre de tous contre tous, donc de créer la paix civile.
C'est dans cette perspective que doivent se comprendre la création du droit, et les moyens de l'appliquer, c'est-à-dire les pouvoirs de police.
L'armée, de même, ne peut avoir pour fonction que de maintenir les conditions d'une coexistencetranquille et prospère. 

C - L'ETAT ENTRE ENFER ET PARADIS

Cette logique du contrat permet de prévenir les dérives de l'Etat.
C'est bien la fonction de la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 : définir la charte des exigences essentielles des citoyens, à partir desquelles l'Etat a une raison d'être, et au-delà desquelles l'Etat est dévoyé.
On peut alors, à titre de proposition, en tirerdes conséquences sur ce qui ne peut en aucun cas être la fonction première de l'Etat.
Le despotisme évidemment (confiscation de l'Etat au profit d'un seul ou d'une faction) apparaît comme une perversion politique.
Mais n'y en a-t-il pas d'autres, plus insidieuses ? Peut-on par exemple assigner à l'Etat plus qu'une fonction négative (assurer la pacification des conflits d'intérêt), et attendre delui qu'il fasse le bonheur des citoyens ?
Il est facile d'apercevoir qu'une telle attente ne peut produire qu'un cauchemar. Comme l'écrit Holderlin, "l'homme fait de l'Etat un enfer lorsqu'il veut en faire son paradis".
En effet, le bonheur est un "idéal de l'imagination" (Kant), une affaire essentiellement privée.
Comment pourrait-il, selon la logique du Contrat Social, faire l'objet d'une...
tracking img